Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Economie

Chantage à la navette spatiale entre Moscou et Washington

© AFP | Une navette russe Soyouz approchant l'ISS - mars 2014

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 14/05/2014

En riposte aux sanctions dont Moscou fait l’objet dans le cadre de la crise ukrainienne, la Russie a annoncé son intention de quitter la station spatiale internationale. Elle veut aussi interdire aux États-Unis d’utiliser des moteurs de fusée russes.

L’espace était l’un des derniers domaines dans lequel Moscou et Washington coopéraient encore. Le vice-premier ministre russe, Dmitri Rogozine, a annoncé, mardi 13 mai, que la Russie comptait se désengager de la station spatiale internationale (ISS), en représailles aux sanctions américaines imposées dans le cadre de la crise ukrainienne.

Cette mesure sera effective dans six ans, à la fin de la mission spatiale en cours, alors que les États-Unis avaient expressément demandé à la Russie - qui fait partie des quinze nations associées à l’ISS - de prolonger sa coopération pour quatre années supplémentaires. “Après 2020, nous aimerions réorienter ces moyens financiers dans des projets spatiaux ayant plus d'avenir”, a ainsi déclaré le ministre, cité par l'agence russe Interfax. Les Russes sont impliqués dans la conquête spatiale via l’ISS depuis le début des années 1990. Sa mise en orbite remonte à 1998.

Les Américains également privés des moteurs de fusée

Mais ce n’est pas tout. Dmitri Rogozine, personnellement visé par les sanctions occidentales, a ajouté que le Kremlin allait interdire aux États-Unis d'utiliser des moteurs de fusée russes pour tous les lancements à des fins militaires. Ce qui devrait porter directement préjudice à la fusée américaine Atlas V, qui exploite un moteur russe RD-180.

Et Dmitri Rogozine n’en n’est pas à ses premières menaces aux accents de guerre froide. Il s’est notamment fait remarquer après que Washington a placé, fin avril, le PDG du holding des hautes technologies Rostec, Sergueï Tchemezov, sur la liste noire des personnes à sanctionner. Le ministre russe avait alors déclaré que si les États-Unis continuaient à pénaliser leur industrie spatiale, ils risquaient “d'exposer leurs propres cosmonautes” présents sur l’ISS. “Honnêtement, ils commencent à nous taper sur les nerfs avec leurs sanctions, et ne comprennent même pas qu'elles vont leur revenir en boomerang”, avait-il asséné.

“Les Américains n’ont qu’à aller dans l’espace en trampoline”

Le tweet de Dmitri Rogozine

Et pour cause, depuis le dernier vol de la navette américaine Endeavour en 2011, les vaisseaux russes Soyouz sont le seul moyen de transporter les équipages vers l’ISS et de les rapatrier sur Terre. La station héberge actuellement trois astronautes russes et deux américains. Ensuite, les Américains pourront bien essayer de rejoindre l’espace “en trampoline” a lancé Dmitri Rogozine sur son compte Twitter, où il n’hésite pas à multiplier les provocations du genre.

La Nasa, de son côté, a annoncé, dès le début du mois d’avril, vouloir réduire drastiquement les échanges entre les deux pays. L’agence américaine compte bien détourner le problème russe en faisant appel à ses partenaires privés, tels que Space X, mais leurs capsules ne devraient pas être prêtes avant 2020. En attendant, les affrontements diplomatiques entre Washington et Moscou n’ont pas empêché les Américains de renouveler très récemment le contrat de partage des capsules Soyouz avec les Russes. Un contrat estimé, selon plusieurs médias, à près de 460 millions de dollars.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 14/05/2014

  • ESPACE

    Deux Russes et un Américain coincés dans un vaisseau spatial

    En savoir plus

  • ESPACE

    Thomas Pesquet : un Français en partance pour l’espace

    En savoir plus

  • ESPACE

    Vidéo : SpaceX, l’Américain qui vient faire de l’ombre à Arianespace

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)