Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : une réunion pour trouver une issue à la crise du lait

En savoir plus

EUROPE

Turquie : 232 morts dans l’explosion d’une mine, 120 mineurs piégés

© AFP | Un mineur turc soutenu par des sauveteurs, mardi soir

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/05/2014

L'effondrement d'une mine de charbon en Turquie, mardi, a provoqué la mort d'au moins 232 mineurs. Sur place, le Premier ministre Erdogan a précisé qu’environ 120 mineurs étaient toujours piégés. Ankara a décrété un deuil national de trois jours.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, est arrivé mercredi, avec des membres de son gouvernement, sur le site de la mine de charbon de la province de Manisa, dans l’ouest de la Turquie, où une explosion meurtrière a eu lieu la veille. Une importante foule de proches des mineurs était rassemblée dans l’attente de nouvelles.

L’explosion, survenue mardi 13 mai, a fait au moins 232 morts, selon le dernier bilan communiqué par le Premier ministre à des journalistes présents sur les lieux. Erdogan a également précisé qu’environ 120 mineurs étaient toujours piégés sous terre, confirmant une information donnée plus tôt par un responsable syndicaliste. Malgré les efforts des secouristes, les espoirs de les retrouver s'amenuisent à mesure que les heures passent.

"Nous entrons dans une phase plus critique. Au fur et à mesure que le temps s'écoule, nous nous approchons à grands pas d'une issue très défavorable", expliquait plus tôt le ministre de l'Énergie, Taner Yildiz, soulignant que le bilan risquait encore de s'alourdir. Ankara a décrété un deuil national de trois jours. Sur les 787 employés qui se trouvaient dans la mine de la ville de Soma, 363 mineurs ont été sauvés.

De l’oxygène injectée dans les puits

Selon les premiers témoignages, l'explosion, qui s’est produite vers 12h30 GMT, apparemment provoquée par un transformateur électrique, a provoqué un effondrement bloquant les mineurs dans les galeries. Un grand nombre d’entre eux est parvenu à s'échapper après l'explosion mais une autre partie d'entre eux restait inaccessible, coincée dans une poche isolée, a indiqué un cadre de la mine ayant requis l'anonymat.

Au cœur de la nuit, des norias de secouristes extirpaient au compte-goutte des blessés, la plupart souffrant de graves difficultés respiratoires, devant des centaines de collègues et de membres de leurs familles en quête de nouvelles d'un proche, prisonnier du sous-sol. "Notre priorité est d'atteindre nos employés sous terre", a déclaré à la presse le ministre Yildiz, qui s'est rendu sur place. "Quatre équipes de sauveteurs travaillent dans la mine. Le feu crée des problèmes mais de l'oxygène est injectée dans les puits qui n'ont pas été touchés", a-t-il ajouté.

La sécurité en question

Dans un communiqué, la compagnie minière Soma Komur a estimé que l'effondrement était "tragique". "L'accident est survenu malgré un maximum de mesures de sécurité et des inspections, mais nous avons réussi à intervenir rapidement", a assuré l'entreprise. "Il y a déjà eu des petits incidents ici, mais là, c'est la première fois qu'on voit un tel accident, aussi grave que ça", a confié un mineur, encore sous le choc. "Il n'y aucune sécurité dans cette mine. Les syndicats ne sont que des pantins et la direction ne pense qu'à l'argent", a toutefois affirmé à l'AFP un autre mineur.

"S'il y a eu négligence, nous ne fermerons pas les yeux", a affirmé le ministre de l'Énergie Taner Yildiz. "Nous prendrons toutes les mesures nécessaires, dont des mesures administratives et légales", a-t-il ajouté. Le ministère turc du Travail et de la Sécurité sociale a indiqué que la mine avait été inspectée la dernière fois le 17 mars et qu'elle appliquait les normes en vigueur.

Avec AFP

Première publication : 14/05/2014

COMMENTAIRE(S)