Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

L'ancien directeur de la sécurité de Ben Ali libéré de prison

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/05/2014

Ali Seriatia, l'homme-clé du système Ben Ali, chargé de la sécurité présidentielle est sorti de prison samedi. L'ancien détenu a été poursuivi par la justice tunisienne pour "complot contre la sûreté intérieure de l'État".

L’ancien directeur de la sécurité présidentielle tunisienne, Ali Seriatia, accusé d'avoir facilité la fuite du président déchu Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011, est désormais libre. "Ali Seriati est sorti aujourd'hui à 6 heures (05H00 GMT) de la prison de Mornaguia (près de Tunis) et il est rentré chez lui", a affirmé, samedi 17 mai, à l'AFP son frère Youssef Seriati.

Aujourd'hui âgé de 74 ans, Ali Seriati avait été arrêté le jour de la fuite de Ben Ali en Arabie saoudite, le 14 janvier 2011, à la suite d'un soulèvement populaire sans précédent dans l'histoire de la Tunisie.

Il a ensuite été poursuivi par la justice tunisienne pour "complot contre la sûreté intérieure de l'État", "incitation à s'armer, à commettre des crimes et à provoquer le désordre sur le territoire tunisien" et complicité de falsification de passeports pour aider Ben Ali et sa famille à fuir. Il a été acquitté dans cette affaire en août 2011.

Un personnage de premier plan

Cet homme-clé du système Ben Ali avait été condamné en juillet 2012 à 20 ans de prison par le tribunal militaire de Tunis dans l'affaire dite "des martyrs et blessés de la révolution" du grand Tunis, la répression de manifestations ayant fait des dizaines de victimes. Sa peine a été réduite à trois ans début avril 2014 après la requalification des faits en "non-assistance à une personne en danger".

Dans une interview accordée à l'AFP juste après son arrestation en 2011, Ali Seriati avait affirmé qu'il avait "poussé Ben Ali à quitter le pays pour épargner un bain de sang à la Tunisie".

M. Seriati avait par ailleurs bénéficié d'un non lieu dans l'affaire de la répression sanglante de manifestations dans la région de Thala et Kasserine (centre-ouest), dans la foulée de la révolution.

D'autres hauts responsables de l'ère Ben Ali ont vu leurs condamnations réduites en appel récemment, des verdicts jugés cléments et vivement critiqués par la classe politique et l'opinion publique.
 

Avec AFP

Première publication : 17/05/2014

  • TERRORISME

    Tunisie : Marzouki promet d'amnistier des djihadistes du mont Chaambi

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Vidéo : ces Tunisiens sans nouvelles de leurs enfants, djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Sept ans de prison pour les deux policiers tunisiens accusés de viol

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)