Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

EUROPE

Les Suisses rejettent l'introduction d'un salaire minimum de 3 300 euros

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/05/2014

Sans grande surprise, les électeurs suisses se sont prononcés dimanche contre l'introduction d'un salaire minimum dans le pays. Ce "smic" suisse de 3 300 euros aurait été le plus élevé au monde.

Ils ont dit "non" à un salaire minimum de 18 euros brut par heure. Les Suisses ont clairement refusé, dimanche 18 mai, l'introduction dans le pays d'un salaire minimum unique d'environ 3 300 euros, qui aurait été le plus élevé du monde, selon des résultats officiels.

>> A lire sur FRANCE 24 : Un patron suisse pourra continuer à gagner 250 fois plus que ses salariés

Seuls 23% des Suisses ont dit oui à l'introduction de ce salaire minimum proposé par l’Union syndicale suisse (USS). Alors que les bureaux de vote ont fermé à 12h (10h GMT), les premiers résultats publiés par les autorités cantonales montrent que le non l'emporte à Genève (66,2%) et à Bâle (62,8%). Le canton de Vaud a pour l'instant aussi dit nettement non au salaire minimum (74%).

À titre de comparaison, le salaire minimum en France est de 9,43 euros, de 5,05 euros en Espagne et sera, en Allemagne, de 8,50 euros à partir de 2015. Pour les syndicats et les partis de gauche, le coût très élevé de la vie en Suisse justifiait ce salaire minimum unique. Pour les opposants, majoritairement des chefs d’entreprise, ce "smic" suisse pourrait au contraire favoriser une hausse du chômage – quasiment inexistant en Suisse (3,2% en avril)

Opposés à ce projet, la droite, les milieux agricoles, le Parlement et le gouvernement, avaient affirmé qu'il existait déjà des salaires minimum dans certaines branches professionnelles.

En novembre dernier, les Suisses se sont déjà opposés au plafonnement du salaire des chefs d’entreprises à douze fois celui de leur salarié le moins bien payé. En février, ils ont revanche voté en faveur de la réintroduction de quotas d’immigration avec l’Union européenne.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 18/05/2014

  • FINANCES

    Rémunérations plafonnées, salaire minimum : la Suisse deviendrait-elle socialiste ?

    En savoir plus

  • SUISSE

    Les Suisses invités à voter sur le contrôle des salaires "abusifs" des patrons

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)