Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

EUROPE

Municipales en Grèce : percée de la gauche radicale avant les européennes

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/05/2014

La gauche radicale Syriza a connu dimanche une percée inattendue au premier tour des élections municipales, arrivant même en tête à Athènes et sa région. L'extrême droite Aube dorée a enregistré de son côté des scores en progrès.

C'est une percée inattendue. Le parti grec de la gauche radicale Syriza a enregistré dimanche 18 mai une poussée au-delà des attentes au premier tour des élections locales en arrivant en tête à Athènes et sa région, face aux candidats de la coalition droite-socialiste au pouvoir.

En attendant une image plus précise sur l'ensemble du pays, les regards se concentraient sur le sondage de sortie des urnes pour la capitale grecque et la région d'Attique, qui concentrent 30% du corps électoral grec.

La gauche hostile à l'austérité et à la politique du gouvernement d'Antonis Samaras y est créditée d'un score plus élevé qu'attendu, la candidate du Syriza Rena Dourou devançant l'actuel chef de la région soutenu par les socialistes. À Athènes, le candidat de Syriza serait au coude à coude avec l'actuel maire, Georges Kaminis, indépendant mais soutenu par les socialistes. Le candidat appuyé par le Premier ministre conservateur arriverait en 3e position mais une candidature dissidente a handicapé la droite.

Porte-parole parlementaire de Syriza, Panagiotis Lafazanis a salué une "excellente surprise" pour le parti, ouvrant la voie à un "nouveau paysage politique".

Ces résultats marquent une percée inattendue de Syriza et un mauvais résultat pour la fragile coalition de gouvernement du Premier ministre Antonis Samaras confronté à son premier test électoral depuis son arrivée au pouvoir il y a deux ans.

"On voit une tendance nouvelle en faveur des partis qui s'opposent au système", selon le politologue John Loulis. "Même si les gens ne font pas encore confiance Syriza, ils sont prêts à essayer."

Pour autant Syriza n'est pas assuré malgré son avance de remporter la mairie de la capitale grecque ou la préfecture de région.

De son côté l'extrême droite enregistre également de bons scores. Le candidat et porte-parole du parti néonazi Aube dorée, Ilias Kassidiaris, pointerait en quatrième position à Athènes avec un score élevé entre 14 et 17%.

Inculpé comme la plupart des parlementaires du parti pour participation à "une organisation criminelle" après deux meurtres imputés à des membres d'Aube dorée, M. Kassidiaris a pour affiche électorale une photo de lui menottes aux poignets, lors de son arrestation en septembre.

Avec AFP 
 

Première publication : 19/05/2014

  • ÉLECTIONS EUROPÉENNES

    Tsipras, candidat de la gauche radicale : "Nous serons la surprise des européennes"

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Succès pour le retour de la Grèce sur les marchés financiers

    En savoir plus

  • AGROALIMENTAIRE

    En Grèce, la tempête politique se cache dans un verre de lait

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)