Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Economie

YouTube lorgne sur le spécialiste du jeu vidéo Twitch

© Capture d'écran - Twitch

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/05/2014

Google, via sa plateforme YouTube, aurait mis un milliard de dollars sur la table pour acquérir Twitch. Inconnu du grand public, ce site de diffusion en direct de parties de jeux vidéo a connu une progression foudroyante.

C’est la preuve éclatante que le jeu vidéo, c’est du sérieux. YouTube serait sur le point de racheter pour plus d’un milliard de dollars (730 millions d’euros) Twitch, un site sur lequel des joueurs diffusent en direct leurs parties, d’après le magazine américain "Variety".

Si le rachat devient réalité, il s’agirait de la plus importante acquisition de YouTube, la célèbre plateforme vidéo rachetée en 2006 par Google. Le "Wall Street Journal", de son côté, rapporte que des discussions ont bien lieu mais qu’aucun accord n’est encore en vue. Ni YouTube, ni Twitch n’ont, pour l’instant, voulu commenter les rumeurs de rachat.

Mais qu’importe l’état d’avancement des négociations, le simple fait que Google, via YouTube, s’intéresse à Twitch a de quoi surprendre. La somme substantielle que le géant américain serait prêt à mettre sur la table, pour une start-up inconnue du grand public, rajoute aux discussions sur l’existence d’une bulle financière dans le secteur de l’Internet aux États-Unis.

Twitch n’existe, en effet, que depuis trois ans. Au début, il s’agissait d’une sous-rubrique consacrée aux jeux vidéo du site de streaming vidéo justin.tv. Le succès aidant, Twitch est devenu autonome et n’a eu de cesse, depuis, de gagner en popularité. Son principe est simple : n’importe qui peut diffuser en direct ses prouesses vidéoludiques. Des milliers de personnes regardaient ainsi, lundi 19 mai, les talents de bâtisseurs d’un joueur de Minecraft, tandis que plus de 10 000 internautes suivaient, en direct, un affrontement sur le populaire jeu de cartes Hearthstone. La plateforme est également devenue le média de prédilection pour retransmettre les compétitions d’e-sport (sport électronique).

Présent sur Xbox One et PS4

Un site de niche ? Peut-être. Mais l’évolution de la fréquentation de Twitch n’a pas dû échapper à Google. Elle est passée de cinq millions de visiteurs mensuels en 2011 à 45 millions en 2013. Cette explosion a été favorisée par les accords conclus avec Microsoft et Sony : Twitch est devenue la plateforme par défaut pour diffuser en ligne ses parties depuis la Xbox One et la PS4.

Les chiffres de fréquentations ne sont, en outre, qu’une partie de l’histoire. Aux heures de pointes, Twitch accapare 1,8 % de toute la bande-passante aux États-Unis, ce qui le place en quatrième position des plus gros consommateurs de trafic internet devant le spécialiste de la télévision par Internet Hulu et même devant Facebook.

C’est donc devenu, sans conteste, un acteur de poids de l’Internet américain. Reste que, comme toujours avec Google, les considérations publicitaires ne sont jamais très loin non plus. Twitch a un avantage considérable aux yeux des annonceurs : les internautes restent longtemps sur le site. En 2013, plus de la moitié des visiteurs ont passé 20 heures par semaine en moyenne à regarder les exploits d’autres joueurs et à les commenter en direct, d’après le site américain Streamingmediablog. Ils sont donc impliqués et fidèles : deux caractéristiques très recherchés par les publicitaires.

Première publication : 19/05/2014

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Motorola, la plus grande erreur de Google ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le thermostat, nouvelle arme de Google pour entrer dans la maison du futur

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Google aime les robots… même militaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)