Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

FRANCE

En images : les joyaux du Lutetia aux enchères

© Le Lutetia (Crédit : Joseph Bamat)

Texte par Joseph BAMAT

Dernière modification : 20/05/2014

Avant les travaux de rénovation prévus pour trois ans, l'hôtel de luxe le Lutetia situé dans le 6e arrondissement de Paris, met aux enchères l'ensemble de son mobilier jusqu'au 25 mai. Pour le plus grand plaisir des collectionneurs.

Les marchands d'art vont se régaler : des canapés de style Art déco, en velours pourpre (300 à 500 euros par lot), des ménagères (jusqu’à 600 euros l’ensemble de couverts) ou même un authentique costume de groom (100 à 150 euros)...  Le Lutetia doit vendre d'ici au dimanche 25 mai l'ensemble de ses meubles, ses pièces de design, mais aussi des sculptures et des tableaux réalisés pour le palace par les grands artistes qui y ont séjourné, en échange de leur hébergement. La journée du samedi 24 mai devrait constituer un temps fort avec la vente de quelque 8 000 bouteilles de vins et spiritueux, dont des Petrus et des Romanée-Conti.

À la maison de ventes Pierre Bergé et Associés, chargée des enchères, on compte aussi sur "l'effet palace" pour attirer les acheteurs. Car le Lutetia, construit en 1910, est chargé d'histoire. Situé entre Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, l'hôtel a abrité les services de renseignement allemands sous l'Occupation. À la Libération, il a accueilli les déportés à leur retour des camps.

Le montant total de la vente est estimé entre 1,5 et 2 millions d'euros. Propriété du groupe israélien Alrov, l'hôtel doit ensuite connaître une vaste rénovation de trois ans. 

 

Première publication : 20/05/2014

COMMENTAIRE(S)