Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Afrique

En images : la traque des Shebab en Somalie

© Adriane Ohanesian | Des soldats de l'armée nationale somalienne effectuent un exercice sous la direction de formateurs de l'UE

Vidéo par Duncan WOODSIDE

Texte par Adriane OHANESIAN

Dernière modification : 22/05/2014

L’opération Aigle, la dernière tentative militaire pour chasser les combattants islamistes Shebab de Somalie, a enregistré plusieurs succès. Reportage autour de la ville de Qoryoley, reprise aux Shebab en mars dernier.

L’ennemi est invisible, mais partout il est présent. Les soldats sont aux aguets, scrutant l’horizon ou jetant des coups d’œil anxieux lorsqu’ils entrent dans une maison.

Les magasins de Qoryoley sont presque tous fermés. La ville a été reprise en mars dernier aux Shebab,  un groupe islamiste lié à Al-Qaïda. Seule l’avenue principale, une rue de terre battue où les habitants sont assis à l’ombre des immeubles, compte quelques commerces ouverts. De temps à autre, une charrette transportant des bidons d’eau zigzague entre les soldats de l’Union Africaine, postés des deux côtés de la rue.

Des hommes se hissent sur la pointe des pieds pour attraper les pommes vertes qu’on leur tend depuis les véhicules blindés. Les commerçants, eux, se tiennent sur le pas de leur porte, faisant mine de ne pas remarquer le bruit métallique des tanks qui parcourent la ville.

La prise de Qoryoley, située au sud-ouest de Mogadiscio, est présentée comme une victoire majeure pour l’opération Aigle, la dernière offensive militaire contre la rébellion islamiste. La ville est un point d’accès au port de Brava, à 70 km de là, qui constitue l’une des rares sources de revenus dont disposent encore les Shebab.

L’Amisom, la force de l’Union africaine, est majoritairement financée par les pays occidentaux. Avant cette offensive, lancée en février dernier, ses troupes ont été renforcées  et leur effectif est passé de 18 000 à 22 000 soldats.

L’opération Aigle est la première conjointe de l’Union africaine et de l’armée nationale somalienne. Elle a pour objectif de reprendre le contrôle des quelques villes encore contrôlées par les Shebab et de consolider l’autorité du gouvernement central.

Vide sécuritaire

Mais alors que les troupes de l’Union africaine progressent sur le terrain, le doute s’installe concernant la capacité de l’armée et du gouvernement somaliens à combler le vide sécuritaire et humanitaire qui va suivre le départ des combattants islamistes.

Même si les Shebab n’ont plus de présence visible à Qoryoley, les habitants sont encore dans la sphère d’influence du groupe djihadiste, toujours bien implanté à quelques kilomètres de la ville, sans que l’on sache exactement où se cachent les insurgés.

La région qui entoure Qoryoley est très fertile et fournit les grandes villes en produits agricoles. Mais l’offensive actuelle contre les Shebab est une catastrophe pour les agriculteurs locaux. "Les Shebab se réfugient dans nos maisons. Nous ne sommes que de pauvres gens, des cultivateurs et des éleveurs, mais à cause d'eux, nous avons été bombardés", explique Jibril Abdi, un paysan.

Pourtant, quelque part, Jibril a eu de la chance. D’autres ont perdu leurs récoltes lorsque des routes et des champs ont été inondés, une tactique des Shebab pour ralentir l’avancée des troupes de l’Union africaine. D’après les soldats ougandais de l’Amisom, les insurgés utilisent des canaux à écluses pour détourner la rivière Chébéli, rendant les routes impraticables.

Les Shebab contrôlent aussi les principales routes qui mènent au sud du pays : ils empêchent les civils de sortir ou d’entrer dans la zone contrôlée par l’Union africaine. Les paysans et les marchands ne peuvent donc plus transporter leurs marchandises d’une zone à l’autre.

Une armée somalienne sans moyens et très peu entraînée

Au-delà des défis posés par la guerre contre les Shebab, l’armée nationale somalienne doit faire face à d’autres problèmes. Certains soldats ont bénéficié de programmes de l’Union européenne, mais la plupart n’ont reçu aucune formation sérieuse et sont quand même envoyés au front.

"On nous a dit : 'Attaquez les Shebab, maintenant !', raconte Abdullaye Ali Halena, un soldat blessé de l’armée régulière. Ils nous ont dit que la formation et l’encadrement viendraient plus tard." Les soldats sont donc peu motivés et l’armée nationale donne l’impression qu’elle est incapable de protéger ses citoyens.

Sans moyens et infiltrée par les Shebab, l’armée somalienne manque de casernes et les soldats ne reçoivent pas toujours leur salaire mensuel de 100 dollars (73 euros). "Vous laissez 200 hommes quelque part et le lendemain vous n’en trouvez plus que 20", se désole Ali Aden Humad, porte-parole de l’Union africaine.

Alors que l’Union africaine a réussi à chasser les Shebab de la plupart des villes, le combat contre le groupe djihadiste est loin d’être terminé, même à Mogadiscio. Les combattants islamistes se sont retirés de la capitale en août 2011, mais ils y représentent toujours une menace quotidienne.

Lorsque l’offensive militaire sera terminée, il sera de la responsabilité du gouvernement somalien de maintenir la sécurité et d’apporter une assistance humanitaire aux populations. Tout semble indiquer que les troupes de l’Union africaine devront fournir davantage qu’un rôle d’appui aux Somaliens, pendant encore des mois, voire des années.

 

 

 

Première publication : 20/05/2014

  • SOMALIE

    Des Shebab attaquent le palais présidentiel à Mogadiscio

    En savoir plus

  • KENYA

    Raid kenyan contre les Shebab somaliens, au moins 30 morts

    En savoir plus

  • SOMALIE

    Un chef des Shebab somaliens tué par un drone américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)