Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 23/05/2014

11-Septembre : les musulmans américains se sentent toujours stigmatisés

© FRANCE 24

Alors que le musée du 11-Septembre a ouvert ses portes le 21 mai à New York, treize ans après l'attaque terroriste, des musulmans américains se sentent encore stigmatisés dans leur propre pays.

Treize ans après les attentats contre le World Trade Center, en 2001, le musée du 11-Septembre a ouvert ses portes au public, le 21 mai à New York. Inauguré la semaine dernière par Barack Obama, le bâtiment est construit sur l'emplacement des anciennes tours jumelles et se veut un lieu de mémoire pour les 2 983 personnes tuées dans l’attaque terroriste. Des victimes parmi lesquelles figurent de nombreux musulmans.

Pourtant, treize ans après, certains de leurs proches se considèrent comme les oubliés du 11-Septembre. Ils sont mis de côté, voire même suspectés, du simple fait que leur confession est la même que celle dont se revendiquaient les terroristes.

Talat Hamdani vit dans une petite rue calme du Queens. C'est là qu'elle a élevé son fils Salman, victime des attentats du 11-Septembre. Il avait 23 ans. Elle se souvient : "La première tour s'était écroulée et tout le monde criait : 'Oh mon dieu, la seconde tour est en train de s'écrouler !' Et je me suis retrouvée en train de pleurer; et je me suis dit : 'Mais pourquoi est-ce que je pleure ? Je n'ai personne là-bas !' Mais c'est là qu'ils ont retrouvé ses restes, au pied de la tour nord..."

Stagiaire au sein de la police new-yorkaise, Salman n'était pas de service ce jour là, mais il s'est précipité vers les tours en feu pour participer aux secours. Sa mère ne l'apprendra que quelques mois plus tard. Au moment même où elle découvrait que son fils était soupçonné du pire pour la seule raison qu'il était d'origine pakistanaise et musulman. "La Une du 'New York Post' était : 'Disparu ou caché ?' (…). Ils ont fait une enquête complète sur lui et bien sûr il n'y avait rien à trouver, comme avec tous les musulmans américains", raconte-t-elle.

Salman Hamdani a été réhabilité en 2002, puis enterré avec les honneurs de la police de New York. Cette mésaventure a poussé Talat à militer en faveur de la lutte contre les discriminations dont ont fait l’objet les musulmans depuis le 11-Septembre. La semaine dernière, elle s'est jointe à un groupe de responsables religieux et associatifs pour dénoncer une vidéo présentée dans l’enceinte du nouveau musée du 11-Septembre qui, selon eux, ne souligne pas suffisamment la différence entre l'immense majorité des musulmans et les islamistes extrémistes.

En signe de protestation, Talat ne s'est pas rendue à l'invitation faite aux familles de victimes. Ce musée, dit-elle, ne fait pas assez pour présenter le visage de l'islam qu'elle connait, celui de la paix. Au milieu des souvenirs émouvants célébrant les victimes, elle aurait souhaité un rappel que les musulmans n'étaient pas seulement du côté des assaillants.

Le site Internet du National September 11 Memorial & Museum

Par Jessica LE MASURIER , Emmanuel SAINT-MARTIN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/09/2014 Russie

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

Face à la puissance de feu russe dans l'Est, l'Ukraine s'est appuyée sur des bataillons de combattants non-professionnels. Malgré la signature d'un cessez-le-feu, certains...

En savoir plus

18/09/2014 Thaïlande

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

Les scandales qui ont émaillé l’actualité thaïlandaise ces derniers mois - un couple d'adoptants Australiens qui a refusé de prendre un enfant thaïlandais conçu par insémination...

En savoir plus

17/09/2014 Indépendance

Référendum en Écosse : le poids des indécis

À la veille du référendum sur l'indépendance de l’Écosse, le "oui" et le "non" sont toujours au coude-à-coude dans les sondages et un électeur sur dix se déclare encore indécis....

En savoir plus

16/09/2014 Immigration clandestine

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

Alors que l'on a appris lundi que plus de 500 personnes sont portées disparues dans un naufrage au large de Malte, notre reporter vous emmène sur la trace de ces milliers de...

En savoir plus

15/09/2014 Organisation de l'État islamique

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

À Arsal, ville libanaise à deux pas de la frontière syrienne, la situation est devenue intenable. Dans cette cité de 35 000 habitants, les autorités doivent gérer l'afflux de...

En savoir plus