Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat de Londres : "We are not afraid"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rodin en majesté au Grand Palais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Keep calm et carry on"

En savoir plus

FOCUS

L'Inde, paradis des startups

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Londres frappée au coeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marine Le Pen au Tchad

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : la piste du "terrorisme islamiste" privilégiée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Sage-femme" : Catherine Deneuve et Catherine Frot se découvrent

En savoir plus

Afrique

Trois groupes rebelles, dont le MNLA, acceptent un cessez-le-feu à Kidal

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/05/2014

Cet accord a été trouvé à l'issue de la visite à Kidal du président de l’Union africaine, Mohamed Ould Abdel Aziz. Les rebelles avaient pris le contrôle de la ville du Nord-Mali mercredi, à l'issue de violents combats.

Trois groupes armés présents dans le nord du Mali ont accepté un cessez-le-feu à l'issue de discussions, vendredi 23 mai, avec le président de l'Union africaine (UA) Mohamed Ould Abdel Aziz à Kidal, ville qu'ils contrôlent, a appris l'AFP de source diplomatique.

Les trois groupes représentés aux discussions étaient le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA, dissidents d'un groupe jihadiste) et le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA).

"Par ce cessez-le-feu, les groupes s'engagent à ne plus faire la guerre, à ne plus bouger" de leurs positions, a précisé la source diplomatique, selon laquelle la délégation de Mohamed Ould Abdel Aziz s'apprêtait à quitter la ville. Le président mauritanien était accompagné de Bert Koenders, chef de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

De son côté, la Minusma a fait état, un peu plus tôt, de "progrès" dans les discussions avec les groupes armés sur trois points : "l'établissement d'un cessez-le-feu, la remise par les groupes armés des individus qu'ils détiennent, la reprise du dialogue politique". Elle ne fournit pas plus de détails.

Le 17 mai, de violents combats avaient opposé à Kidal les forces maliennes et les groupes armés, composés essentiellement de Touareg mais aussi de combattants arabes. Depuis le 21 mai, la ville est aux mains de plusieurs groupes armés dont le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), rébellion touareg qui contrôlait déjà en partie la ville, chef-lieu de région à plus de 1 500 km au nord-est de Bamako.

Avec AFP

Première publication : 23/05/2014

  • MALI

    Nord-Mali : les Touareg s’emparent de Kidal, une déroute pour IBK

    En savoir plus

  • MALI

    Nord-Mali : combats meurtriers à Kidal, le MNLA affirme contrôler la ville

    En savoir plus

  • MALI

    Nord-Mali : l'impossible réconciliation entre les Touareg et Bamako ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)