Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : des enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • Gaza: nouvelles tractations diplomatiques prévues samedi à Paris

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

De Lviv à Kiev, les Ukrainiens se ruent aux urnes, pleins d'espoir

AFP

Des Ukrainiens déposent leur bulletin dans l'urne le 25 mai 2014 à DobropillyaDes Ukrainiens déposent leur  bulletin dans l'urne le 25 mai 2014 à Dobropillya

Des Ukrainiens déposent leur bulletin dans l'urne le 25 mai 2014 à DobropillyaDes Ukrainiens déposent leur bulletin dans l'urne le 25 mai 2014 à Dobropillya

Pleins d'espoir que l'élection d'un président légitime mette fin à six mois d'une crise politique sans précédent, de la répression sanglante de Maïdan aux combats dans l'Est prorusse, les Ukrainiens se sont rués aux urnes dans les villes de l'Ouest, du Sud, ainsi qu'à Kiev.

"Il faut élire un président pour que la Russie nous laisse tranquilles", résume Nelia Issaenko, une femme au foyer de 55 ans qui patiente depuis une heure dans la file d'attente du bureau de vote 218 à Obolon, un quartier du nord de Kiev.

Le bureau est plein à craquer et des électeurs attendent sur l'escalier et dans la rue.

"Jamais vu une telle élection!", "c'est bien qu'il y ait tant de monde", "que voulez-vous, la liberté coûte cher", entend-on dans la file d'attente.

Igor Volkov, un ancien militaire, va voter pour le favori de la course, le milliardaire pro-occidental Petro Porochenko et espère qu'il sera élu dès le premier tour.

"Il nous faut un président légitime. Le calme reviendra petit à petit, sauf dans le Donbass (dans l'Est séparatiste, ndlr). Ce sera une nouvelle Transdniestrie", dit-il en référence à cette république séparatiste prorusse en Moldavie qui n'est reconnue par aucun Etat.

"Je vote Ioulia" Timochenko, l'ancienne icône de la révolution orange de 2004, deuxième dans les intentions de vote, lance pour sa part Raïssa Podlesniouk, 73 ans. Petro "Porochenko, ce sera un autre Ianoukovitch, c'est un oligarque, il n'a même pas osé débattre avec Ioulia à la télé", ajoute la retraitée.

- "D'abord ça ira très très mal" -

Dans le centre de Kharkiv, ancien capitale de l'Ukraine et centre industriel et culturel du pays, les électeurs sont également très nombreux dans la matinée.

Ils comptent sur le futur président pour rétablir la paix dans l'Est, en proie à une insurrection armée prorusse qui a fait plus de 150 morts depuis le 13 avril, et pour lutter contre la corruption endémique sans pour autant attendre de miracle.

"Je n'attends pas une fée avec une baguette magique", confie Inna, 38 ans. "D'abord, tout ira très très mal. Puis mal. Puis un peu mieux. Puis bien. Cela ne peut pas se faire autrement".

Le nouveau président devra "avant tout mettre un terme à ce bordel dans le Donbass, ensuite faire approuver les lois anticorruption", ajoute-t-elle.

Pour Serguiï, 58 ans, peu importe le nom du futur président.

"L'essentiel est qu'on puisse le contrôler, il ne faut pas qu'il oublie une seule minute le Maïdan" qui a renversé en février le prorusse Viktor Ianoukovitch au prix d'un bain de sang avec plus de 100 morts dans le centre de Kiev.

Chez les électeurs à Odessa, sur les bords de la mer Noire, le souvenir des affrontements entre prorusses et partisans de Kiev qui ont fait une quarantaine de morts le 2 mai, la plupart dans un incendie criminel, reste vivace.

"Changer tout d'un coup, ce n'est pas réalisable. Les Ukrainiens doivent être patients et accepter de faire des efforts, tout comme le nouveau pouvoir qui sera élu,? dit une électrice.

"Les changements auront lieu après les élections mais pas avant que la guerre cesse. Après, ça ira mieux,? lui fait écho un homme.

- Entrer dans l'UE et l'Otan -

A Lviv, bastion nationaliste dans l'ouest du pays, beaucoup d'électeurs ont mis pour aller voter des chemises brodées traditionnelles comme pour un jour de fête.

Oleg, 38 ans a voté Porochenko et espère que l'élection ramènera enfin la paix en Ukraine. "C'est tout ce dont les gens ont besoin aujourd'hui", dit-elle.

"Je ne veux plus jamais voir ce qui se déroule dans l'Est", lance Iryna Myssak, institutrice, en estimant que le nouveau chef d'Etat doit obtenir que l'Ukraine "entre dans l'Otan et l'Union européenne".

Première publication : 25/05/2014