Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Simple appareil"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le gazoduc "Force de Sibérie" : l'appel de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 26/05/2014

L'Europe désenchantée, selon les médias

© FRANCE 24

Presse internationale, lundi 26 mai 2014. Au menu de cette revue de presse, la percée de l'extrême droite aux européennes, particulièrement forte en France, en Grande-Bretagne, au Danemark et en Hongrie.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
La presse européenne commente largement ce matin l’arrivée en tête du Front national aux européennes, en France, où la formation de Marine Le Pen obtient le deuxième score le plus élevé pour un parti d’extrême-droite.
 
"The Economist" parle d’une victoire perçue comme un "choc", en France, où le FN triomphant se présente, désormais, comme le "premier parti" hexagonal. "La victoire de Melle Le Pen est spectaculaire à plusieurs titres : tout d’abord parce qu’elle bouscule celui qui était censé être le principal parti d’opposition, l’UMP, qu’elle a écrasé la majorité socialiste de François Hollande, qui décroche le pire score jamais obtenu par le PS aux européennes, un humiliant 14 %, et parce qu’avec 26 % des voix, le FN quadruple son score de 2009, et engrange une victoire dans la foulée de ses bons scores aux municipales".
 
"The Economist" évoque un "séisme" pour qualifier non seulement la percée du Front national, mais aussi la poussée  eurosceptique dans son ensemble, notamment celle des sécessionnistes de l’Ukip britannique, qui avec 27,5  % des voix obtiennent eux aussi un score historique, et décrochent un record européen. C'est la première fois depuis la Première guerre mondiale qu'un scrutin n'est remporté ni par les travaillistes, ni par les conservateurs. Percée, aussi, des anti-euro d’Alternative für Deutschland outre-Rhin, renforcement des néonazis d’Aube dorée, en Grèce, où les anti-troïka de Siriza ont remporté le scrutin, et ainsi de suite. "Après la crise financière il y a quelques années, le plus grand danger pour le projet européen aujourd’hui, c’est la stagnation économique, et au-delà, le rejet de la classe politique traditionnelle".
 
Percée de l’extrême-droite également au Danemark et en Hongrie, où les nationalistes réalisent là aussi de très bons scores. Derrière l’Ukip et le FN, le Parti populaire danois, une formation anti-immigrés, a largement remporté les élections européennes au Danemark avec 26,7 % des voix, ce qui lui donne quatre des treize sièges que le Danemark envoie au Parlement européen, deux fois plus que lors des européennes de 2009. Le "Berlingske Tidende" évoque un "bouleversement" sans précédent, en montrant un Morten Messerschmidt, le patron de l’extrême-droite danoise, 33 ans tout juste, triomphal, hier soir.
 
Victoire également en Hongrie pour le Jobbik, un parti ultra-nationaliste au discours volontiers raciste, antisémite et anti-Roms, qui arrive en deuxième position, et "éclipse" une opposition de gauche que le site hongrois Politics décrit comme "divisée". Le MZSP n’enverra cette année que 2 députés au Parlement européen.
 
Pour "The Guardian", la montée de l’extrême droite européenne est avant tout un signal, adressé aux élites politiques traditionnelles dans leur ensemble. Le journal évoque quatre jours d’élections à travers le continent européen qui viennent de déboucher sur l’élection d’un nombre record de parlementaires opposés au projet européen - un paradoxe, dans la mesure où jamais le Parlement européen n’a disposé de pouvoirs aussi larges. "Après 5 années de crise, de récession et d’austérité sauvage, l’Europe apparaît aujourd’hui profondément divisée, son électorat volatile et fragmenté, et ses électeurs, désenchantés".
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

02/09/2014 Gastronomie

"Simple appareil"

Presse internationale, mardi 2 septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, le risque d'une intervention de l'armée au Pakistan, et la diffusion sur Internet de photos de...

En savoir plus

02/09/2014 Enseignement

"Comme le disait ma grand-mère"

Presse française, mardi 2 septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, la rentrée des classes pour 12 millions d'élèves, sur fond de fronde des élus contre la réforme des...

En savoir plus

01/09/2014 Afghanistan

"L'agneau russe"

Presse internationale, lundi 1er septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, les dernières déclarations de Poutine sur l'Ukraine, et le scepticisme suscité par la...

En savoir plus

01/09/2014 François Hollande

"J'aime les socialistes"

Presse française, lundi 1er septembre 2014. Au menu de cette revue de presse, le discours de Manuel Valls à l'université d'été du PS. Un discours sifflé par une partie des...

En savoir plus

29/08/2014 guerre

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

Dans cette revue de presse proposée par Sandrine Gomes, un changement de ton et de rhétorique dans la presse anglo-saxonne face à l'"invasion" russe de l'Ukraine, des critiques...

En savoir plus