Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

RDC : massacres en toute impunité à Beni

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grande polémique cherche petit burkini

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Burkini : le piège

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'offensive turque en Syrie se poursuit

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Il faut simplifier les règles du jeu pour les entrepreneurs"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tunisie : le gouvernement face à de nombreux défis économiques

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le Comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

Les arrêtés anti-burkini en France, une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 27/05/2014

"Euro blues"

© France 24

Presse internationale, mardi 27 mai 2014. Au menu de cette revue de presse, les réactions à la percée de l'extrême droite aux élections européennes.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
Au menu de la presse internationale, toujours, les réactions à la poussée de l’extrême droite aux européennes.
 
Le large sourire de son patron, Nigel Farage, patron du parti nationaliste Ukip, fait la une du "Wall Street Journal". Le chef des sécessionnistes britanniques trinque à sa victoire, 27,5 % des voix. Tout en relevant que 70 % des sièges au Parlement resteront pourvus par des représentants des partis traditionnels, acquis à l’Europe, le quotidien évoque un message adressé à l’UE qui révèle à la fois la peur des nations de perdre leur souveraineté et l’insatisfaction des électeurs face aux politiques associées à l’Europe, qu’il s’agisse de l’austérité ou de ce qui est perçu comme du laxisme en matière d’immigration.
 
"The Wall Street Journal" parle d’un "avertissement" lancé aux responsables des partis traditionnels, à qui il serait signifié qu’ils ne peuvent pas se contenter d’une stagnation économique indéfiniment et espérer des électeurs qu’ils restent fidèles à l’idéal européen. "Avec un taux de chômage moyen à 11 %, il est même étonnant que cette protestation électorale n’ait pas eu lieu avant": "il est temps que les technocrates européens et leurs homologues nationaux réfléchissent à la façon dont ils peuvent aider les entrepreneurs à créer des emplois, plutôt qu’épiloguer sur l’aspect des fruits que les Européens mangent ou du carbone qu’ils injectent dans l’atmosphère".
 
La presse américaine s’inquiète des thèses défendues par certains partis europhobes. "L’un a un chef qui porte un tatouage en forme de croix gammée, l’autre veut débarrasser son pays des musulmans, un autre encore a un fondateur qui suggère de se débarrasser des immigrés en leur innoculant le virus Ebola" : voilà comment "The Huffington Post" décrit certains de ces dirigeants europhobes, en proposant une revue de détails de leurs particularités "les plus effrayantes".
 
De quoi nourrir l’"euro blues" évoqué dans "The Independent", pour qui ces européennes marquent davantage le refus d’avancer vers une intégration européenne plus forte, qu’une véritable "embardée", unanime, vers l’extrême droite. "Il y a un vrai malaise au cœur de l’UE, une désaffection exprimée par des électeurs qui se sentent pris dans un cul-de-sac", mais cette désaffection aurait été exprimée avec beaucoup de nuances selon les nations, d’après le journal, qui estime que la pire solution serait de répondre à ce "cri de rage" en continuant comme si de rien était, en poursuivant dans la voie de l’intégration, alors que "les différences nationales doivent plus que jamais être respectées".
 
Un scepticisme que ne partage pas l'hebdomadaire allemand "Der Spiegel", qui voit dans le vote de dimanche "une victoire pour la démocratie européenne". Car le vote de dimanche aurait permis de faire pencher le rapport de force en faveur des électeurs, qui pèseraient réellement et pour la première fois sur la désignation du patron de la Commission.
 
"Der Spiegel" prêche au milieu du désert. "The Guardian" revient sur le diner auquel vont participer les chefs d’Etat et de gouvernement, ce 27 mai à Bruxelles, en écrivant qu’ils vont devoir goûter une série de plats peu digestes.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/08/2016 Burkini

Burkini : le piège

Au menu de cette revue de presse française vendredi, le débat sur le burkini qui n'en finit pas, les divisions au sein du gouvernement de Manuel Valls et les hommages rendus à la...

En savoir plus

26/08/2016 sécurité

L'offensive turque en Syrie se poursuit

Au menu de cette revue de presse internationale, vendredi 26 août : les dégâts en Italie après le séisme et les interrogations que cela suscite, l'offensive turque en Syrie et la...

En savoir plus

25/08/2016 Revue de presse internationale

"En une seconde, tout s'est écroulé"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 25 août, le séisme qui a frappé le centre de l’Italie, hier, faisant au moins 247 morts, l’entrée des chars turcs en Syrie,...

En savoir plus

25/08/2016 Revue de presse française

"Le burkini est une provocation"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 25 août, le fort séisme qui a frappé hier le centre de l’Italie, faisant au moins 247 morts, la polémique sur le burkini, dont...

En savoir plus

24/08/2016 Revue de presse internationale

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 24 août, la rencontre entre le vice-président américain et Recep Tayip Erdogan pour recoller les morceaux après le...

En savoir plus