Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Premiers de corvée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe État islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche, mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 28/05/2014

"Misogynie meurtrière"

© France 24

Presse internationale, Mercredi 28 mai 2014. Au menu de cette revue de presse, la présidentielle en Egypte, le meurtre d’une jeune Pakistanaise, lapidée par sa propre famille, et la tuerie de Santa Barbara, aux Etats-Unis.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
On commence cette revue de presse en Egypte, où les opérations de vote ont été prolongées jusqu’à ce soir, officiellement «pour permettre au plus grand nombre» de se rendre aux urnes.
 
Les Egyptiens ne se bousculent pas, depuis lundi, pour choisir leur président – ou plutôt, devrait-on dire, pour plébisciter l’ex-chef de l’armée Abdel Fattah Al Sissi, seul candidat en lice ou presque. Les Egyptiens ne se bousculent pas pour participer à ce que The Independent décrit comme «le couronnement de l’empereur».
 
The Daily Beast parle d’une élection «horrible», «peu convaincante», en rappelant que la stabilité dont Sissi se prévaut a un prix: neuf mois de répression, plus de 1400 morts et près de 16000 personnes jetées en prison, et une tolérance zéro à l’égard de quiconque s’aventurerait à critiquer l’armée.
 
Au Pakistan, une jeune femme de 25 ans, enceinte de trois mois, a été lapidée à mort hier, à Lahore, par des membres de sa propre famille, opposés à son mariage avec l'homme qu'elle aimait. Farzana Iqbal, c’est son nom, s'était mariée par amour - un défi insupportable pour sa famille, dans un pays où les mariages forcés demeurent la norme. Le journal Dawn évoque un «soi-disant crime d’honneur», un de plus, dans un pays où chaque année un millier de femmes sont tuées pour avoir entre «déshonoré» leur famille.
 
L’histoire de Farzana Iqbal, à la fois «unique et si ordinaire», écrit The Nation, qui regrette l’inégalité des droits dont souffrent les femmes au Pakistan. «Changer les mentalités demande du temps, et de l’éducation, mais traduire les agresseurs devant la justice est une question de volonté et de politique» : le journal dénonce l’impunité dont jouissent les auteurs de ces crimes, et la complicité dont ils bénéficient.
 
Aux Etats-Unis, il est toujours beaucoup question, ce matin, du sextuple meurtre commis sur un campus de Santa Barbara, en Californie, par Elliot Rodger. Le jeune homme s'est suicidé à l'issue de son équipée. Cinq jours après, la presse américaine consacrent toujours beaucoup de place à ce fait divers - une tuerie de plus, constate The Washington Post.
 
Ce fait divers relance, une fois de plus, le sempiternel débat sur les armes à feu aux Etats-Unis. Le lobby des armes à feu, les «fous de la gâchette», comme les appelle The Daily Beast, n’en démordent pas: pas question de remettre en question le droit de tout un chacun de posséder une arme.
 
Dans une vidéo mise en ligne par le tueur, on le voyait se filmer et raconter sa solitude, sa haine du monde et son amertume d'être rejeté par les femmes. Slate revient sur le succès remporté, depuis la tuerie, par le hashtag Yesallwomen, «oui, toutes les femmes», devenu le cri de ralliement sur twitter de milliers de femmes qui témoignent de la violence, plus ou moins ordinaire, dont elles ont été victimes… juste parce qu’elles sont des femmes.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/10/2017 Revue de presse française

"Premiers de corvée"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 18 octobre, l'ouverture du 19e Congrès du Parti communiste chinois, qui doit adouber le président Xi Jinping pour un deuxième...

En savoir plus

18/10/2017 Revue de presse française

"Le parti communiste chinois, ce n'est pas ce que vous croyez"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 18 octobre, l’ouverture du 19ème Congrès du Parti communiste chinois, la reprise de la ville de Raqqa par les Forces...

En savoir plus

17/10/2017 Revue de presse française

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 17 octobre, la mobilisation, notamment sur les réseaux sociaux, contre le harcèlement et les agressions dont sont victimes les...

En savoir plus

17/10/2017 Revue de presse internationale

"Je suis Daphne"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 17 octobre, la mort, hier, d’une journaliste d’investigation maltaise, tuée dans l’explosion de sa voiture. Les incendies...

En savoir plus

16/10/2017 Revue de presse internationale

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 16 octobre, la victoire aux législatives autrichiennes des conservateurs, emmenés par le jeune Sebastian Kurz, 31 ans. Mais...

En savoir plus