Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

Présidentielle égyptienne : victoire sans surprise ni ferveur pour al-Sissi

© AFP | Une égyptienne fête la victoire de Sissi dans une rue du Caire

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/05/2014

Sans surprise, l'ancien chef de l’armée égyptienne, Abdel Fattah al-Sissi, a très largement remporté l'élection présidentielle avec plus de 90 % des voix, malgré une faible participation qui risque d'entamer sa légitimité.

La victoire du maréchal retraité Abdel Fattah al-Sissi à la présidentielle égyptienne ne présente aucune surprise. Selon des sources judiciaires, l'ex-chef de l'armée a recueilli 93,3 % des suffrages exprimés lors du scrutin qui s'est étalé sur les trois derniers jours.

Le candidat de gauche Hamdine Sabahi, son unique adversaire, n’obtiendrait quant à lui que 3 % et les bulletins nuls représenteraient 3,7 %, selon les calculs du mercredi 28 mai, alors que les opérations de dépouillement étaient quasiment terminées.

Les partisans de l'ancien chef de l'armée n’ont pas caché leur enthousiasme dès que les premiers résultats ont commencé à circuler dans les rues du Caire. Ces derniers ont lancé des feux d'artifice, brandi des drapeaux égyptiens et fêté la victoire de leur candidat en klaxonnant dans les rues bondées de la capitale. Un millier de personnes ont ainsi convergé vers la place Tahrir, symbole de la "révolution du Nil" en 2011 qui avait fait souffler un vent démocratique et abouti à la chute d'Hosni Moubarak.

Sur la place, des vendeurs proposaient des figurines en habits militaires, rappellant la forte influence de l'armée dans le pays. "Nous sommes joyeux car Sissi a recueilli tellement de voix, nous sommes ici pour célébrer la victoire", a déclaré Kawther Mohamed, venu place Tahrir avec ses deux filles.

Une faible participation qui affaiblit Al-Sisi

Malgré cette écrasante victoire, le faible taux de participation, estimé à 44,4 %, pourrait peser sur la légitimité du maréchal, artisan du coup d'État qui a renversé en juillet dernier le premier président démocratiquement élu, l'islamiste Mohamed Morsi. Une légitimité indispensable pour remettre le pays sur la voie de la croissance et lutter contre la pauvreté et le chômage dans le pays le plus peuplé de la région.

Soucieux d'un soutien populaire massif, Abdel Fattah al-Sissi avait appelé les Égyptiens à voter. Mais les Égyptiens n'ont guère montré d'empressement mercredi à se rendre aux urnes lors de la troisième journée de scrutin rajoutée au dernier moment pour tenter de convaincre les abstentionnistes et donner une légitimité accrue au favori.

Dans un pays divisé depuis la révolution populaire qui a renversé Hosni Moubarak en 2011, l'abstention est imputée à un mélange d'indifférence politique et d'opposition à revoir un militaire au pouvoir. Le mécontentement des jeunes face à la restriction des libertés publiques est également cité, de même que les appels au boycott des islamistes, cibles d'une vaste opération de répression.

L'abstention peut aussi s'expliquer par le fait qu'Abdel Fattah al-Sissi n'a pas clairement précisé comment il comptait résoudre les différents défis auxquels le pays est confronté.

Des soupçons de fraude

Interrogé sur la légitimité du scrutin, le directeur de campagne d'Hamdine Sabahi a déclaré qu'il y avait eu des fraudes. "Jusqu'à hier le taux de participation était bien plus bas que ce qui a été annoncé aujourd'hui. Et d'un seul coup, le taux de participation atteint 46 % ?", s'est interrogé Hossam Moanes.

L'organisation Human Rights Watch estime que la répression qui a suivi la déposition de Mohamed Morsi n'a pas créé le climat serein nécessaire au bon déroulement du scrutin. "Les interpellations massives de milliers d'opposants politiques, qu'ils soient islamistes ou non, a verrouillé la scène politique et ôter tout leur sens à ses élections", a estimé Sarah Leah Whitson, directrice de HRW pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord.

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 29/05/2014

  • Le débat de France 24

    Présidentielle en Égypte : un scrutin sans suspense mais des défis de poids (Partie 1)

    En savoir plus

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    Fin du scrutin en Égypte, la participation reste faible

    En savoir plus

  • Égypte

    "Pas de rôle au pouvoir pour l'armée en Égypte", promet al-Sissi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)