Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

"Droit à l'oubli" : comment disparaître des recherches Google

© Creative commons

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/05/2014

Google propose désormais aux internautes européens un formulaire pour demander la suppression de résultats de recherche les concernant. Une initiative très attendue depuis la reconnaissance par la justice européenne d'un certain "droit à l'oubli".

Google a commencé à tirer les conséquences du droit à l’oubli numérique reconnu, le 13 mai, par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Le géant de l’Internet lance, vendredi 30 mai, un formulaire en ligne pour recueillir les demandes de suppression de résultats dans son moteur de recherche.

À en croire Google, ce nouveau service risque de faire un tabac. La multinationale a, en effet, reconnu avoir déjà reçu plus de 1 000 demandes depuis le verdict de la CJUE, rappelle le site spécialisé Searchengineland. Parmi les premiers candidats à s’être manifestés, quelques jours après la décision judiciaire, il y a eu des politiciens désireux de ne plus voir leur nom associé à de vieilles affaires de mœurs, des cyber-harceleurs ou encore des médecins qui veulent voir disparaître des mauvais avis laissés par d’anciens patients sur l’Internet.

Ces premières demandes risquent toutes d’être retoquées par Google, maintenant que le site à établi une procédure formelle pour se faire cyber-oublier. Il leur faudra tout refaire dans les règles. Quelles sont-elles ? Explications.

Qui peut demander la suppression de résultats dans Google ?

Tout ressortissant d’un État de l’UE dispose désormais du droit de remplir ce formulaire. Mais pas que… Google permet aussi aux Islandais, Norvégiens, Suisses ou Liechtensteinois de soumettre une demande. La raison de cette extension à des pays hors Union européenne n’a pas été précisée.

Le formulaire s’adresse principalement à ceux qui veulent voir leur nom disparaître de certains résultats de recherche. D’autres personnes peuvent cependant agir à leur place. Google cite, par exemple, les conjoints ou encore les avocats, mais il y a d’autres exemples imaginables (ayant-droits, tuteur légal etc.). Il faut, en tout cas, prouver qu’on agit bien avec l’accord de la "victime" en soumettant une photocopie d’une pièce d’identité.

Quelles informations faut-il fournir ?

En premier lieu, il ne faut pas se tromper sur… son nom. Évident ? Pas tant que ça. Si, par exemple, une femme mariée veut la suppression d’un article où elle est citée sous son nom de jeune fille, c’est cette dernière identité qui doit apparaître sur le formulaire.

Il faut, ensuite, copier tous les liens des pages que l’internaute veut voir disparaître. Impossible, ainsi, pour une personne mise en cause, par exemple, dans une dépêche d’agence d’envoyer uniquement le lien vers la dépêche en espérant que Google retrouve, par la suite, tous les sites d’information qui ont repris le texte.

Enfin, il faut justifier, pour chaque lien et en moins de 1000 caractères, pourquoi “les résultats de recherche sont non pertinents, obsolètes ou inappropriés”, souligne Google.

Google est-il tout puissant pour décider ?

Google a fait savoir, vendredi 30 mai, qu’il allait mettre en place un "comité d’experts indépendants" pour l’aider à trouver le meilleur moyen pour faire face à l’afflux des demandes. La firme américaine n’est donc pas encore sûre de la manière dont elle va traiter ces demandes. Mais elle a précisé qu'elles seraient toutes examinées "au cas par cas".

Sur le formulaire, le groupe précise aussi qu'il peut "être amené à transférer [la] demande, ainsi que tous les renseignements l'accompagnant, à l'autorité de protection des données compétente". Les "Cnil" de tous les pays européens auront donc, à l’occasion, leur mot à dire sur les requêtes formulées par les candidats au droit à l’oubli. Si ce partage de la responsabilité avec des organismes de protection de la vie privée peut rassurer certains internautes, pas sûr que les "Cnil" se réjouissent du surplus de travail à venir.

Les décisions seront-elle rapides ?

La procédure n’en est qu’à ces débuts. Google avertit, d’ailleurs, que la procédure n’est pas encore mise en place. "Nous vous tiendrons informé lorsque nous débuterons le traitement de votre demande", peut-on lire sur le formulaire.

Google affirme, en outre, que la soumission d’une demande via le formulaire ne représente "qu’une première étape" du processus, sans toutefois indiquer quelles sont les autres marches à franchir pour obtenir la suppression de résultats de recherche. En clair, les candidats à ce nouveau droit à l’oubli risquent de devoir s’armer de patience.

Que se passe-t-il si Google accepte la demande ?

Les résultats litigieux seront retirés de toutes les versions européennes du moteur de recherche. Par conséquence, ils continueront à apparaître, par exemple, sur "google.com" (version américaine) ou "google.jp" (Japon).

En clair, c’est un droit à l’oubli à géographie numérique variable. Ainsi, par exemple, un internaute français qui aurait obtenu gain de cause, pourra, depuis la France, continuer à trouver les liens litigieux si, au lieu de chercher sur "google.fr", il cherche sur "google.com".

Première publication : 30/05/2014

  • INTERNET

    Avec Sputnik, Moscou veut offrir une alternative "publique" à Google

    En savoir plus

  • INTERNET

    La Cour européenne de justice se prononce pour le “droit à l’oubli” numérique

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le thermostat, nouvelle arme de Google pour entrer dans la maison du futur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)