Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

Economie

Samsung donne un nouvel OS à ronger aux amateurs de smartphone

© Samsung

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 02/06/2014

Le géant sud-coréen Samsung a dévoilé, lundi, le premier smartphone équipé de son système d'exploitation maison Tizen. Un pari audacieux sur un marché archi-dominé par les téléphones Android et les iPhone.

D'un "Z" qui veut dire Tizen. Le géant sud-coréen Samsung a dévoilé, lundi 2 juin, son smartphone Samsung Z, le premier à être équipé du système d'exploitation (OS) maison Tizen. Cet ovni téléphonique va tenter de se faire une place sur un marché archi-dominé par les terminaux Android (Google) et les iPhone (Apple) avec quelques miettes pour les Windows Phone (Microsoft-Nokia) et BlackBerry.

Pour l'heure, le Samsung Z vise à séduire uniquement les consommateurs en Russie, seul pays où il sera commercialisé à partir du troisième trimestre 2014. Un choix qui peut surprendre : les États-Unis sont, en effet, considérés comme un pays incontournable pour juger du succès d'un nouveau smartphone, et la Chine est perçue comme le marché d'avenir le plus prometteur. Mais Samsung a un faible historique pour la Russie, où son précédent système d'exploitation, Bada, avait connu un certain succès.

Couper le cordon ombilical

Au delà du choix du pays de lancement, l'idée même d'offrir au monde un nouvel OS peut sembler saugrenue. Surtout venant de Samsung. Le constructeur sud-coréen est, à l'heure actuelle, le leader incontesté des ventes de smartphones grâce à ses Galaxy S, qui fonctionnent tous sous Android. Le Sud-Coréen donne donc l'impression de mordre la main qui le nourrit avec le Samsung Z.

Samsung n'a pourtant pas caché son envie de devenir moins dépendant d'Android. Tizen est, en fait, un projet sur lequel le constructeur travaille officiellement depuis plus de deux ans. Si pour l'instant tout va bien, "le fait d'utiliser Android, signifie devoir se plier à certaines exigences de Google, ce qui limite les possibilités pour Samsung de différencier ses téléphones", explique Andrew Milroy, vice-président du cabinet de conseil Frost & Sullivan à la chaîne britannique BBC. Sur un marché où de plus en plus d'acteurs, notamment chinois, veulent leur part du gâteau Android, il devient urgent pour Samsung de marquer davantage sa différence.

Mais couper le cordon ombilical avec Google n'est pas une mince affaire. Principal défi : construire un écosystème compétitif. Les iPhone et smartphones Android dominent le secteur essentiellement grâce à la myriade d'applications à télécharger. Cette multitude de petits programmes forment une sorte de mur sur lequel Microsoft et BlackBerry se sont jusqu'à présent toujours cassés les dents. Samsung réussira-t-il à faire mieux ? Le géant Sud-Coréen débute, lundi 2 juin, sa conférence annuelle pour convaincre les développeurs de créer des applications pour les smartphones Tizen.

Première publication : 02/06/2014

  • TECHNOLOGIES

    Le budget marketing de Samsung dépasse le PIB du Sénégal

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Apple remporte une victoire judiciaire contre Samsung aux États-Unis

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Samsung continue son offensive anti-iPhone avec le Galaxy S4

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)