Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

Afrique

L’utilisation des SMS suspendue en Centrafrique

© AFP | André Nzapayeké, Premier ministre centrafricain

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/06/2014

Le gouvernement de Centrafrique a temporairement bloqué l’utilisation des SMS dans le pays, après qu’un appel à la grève générale a été largement diffusé, lundi 2 juin, sur les téléphones mobiles des Banguissois.

“Ville morte à partir du 5 juin, pas de bar, d'école, de boulot. Restez chez vous jusqu'au désarmement. Partagez, SVP.” Depuis le 2 juin, ce SMS envahit les téléphones mobiles des Centrafricains de Bangui. À tel point que les autorités, inquiètes des répercussions de cet appel à la grève générale, ont décidé d’interdire l’utilisation des SMS, relève le site "Jeune Afrique".

"Sur instruction du Premier ministre [André Nzapayeké, NDLR], l'utilisation des SMS par tous les abonnés de la téléphonie mobile est désormais suspendue à compter du lundi 2 juin 2014 jusqu'à nouvel ordre", indique une lettre envoyée par le ministère des Postes et télécommunications aux quatre opérateurs présents en Centrafrique, Télécel, Moov, Azur et Orange.

“Nous sommes en situation de guerre”

Contacté par "Jeune Afrique", le Premier ministre justifie sa décision : "Nous sommes en situation de guerre. C'est une mesure temporaire, qui devrait durer quelques jours, que nous prenons pour tenter de contrôler la situation sécuritaire."

Cette décision surprenante intervient alors qu’un regain de tensions s’est fait sentir en Centrafrique depuis plusieurs jours. L'attaque de l'église Notre-Dame de Fatima ayant fait 17 morts et conduit à l'enlèvement de 27 personnes, a provoqué une flambée de violences interconfessionnelles à Bangui. Le 30 mai, des manifestations contre les autorités et les troupes internationales ont fait au moins trois morts.

Le gouvernement voit dans les événements de ces derniers jours, des tentatives de manipulation et de destabilisation. "Il y a des ambitions, avérées, cachées. Ce sont ces agitateurs qui, en sous-main, essayent de manipuler, d'instrumentaliser les jeunes pour des raisons purement politiques. Des enquêtes sont en cours. Dès que nous aurons des faits avérés, je pourrai en parler de manière plus précise", avait indiqué, dimanche 1er juin, la présidente de transition, Catherine Samba-Panza, inquiète de la tournure des manifestations.

Aaa

Première publication : 03/06/2014

  • CENTRAFRIQUE

    Nouvelles flambées de violences à Bangui, au moins trois morts

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Deux manifestants tués et des blessés par balles à Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Au moins 15 morts dont un prêtre dans l'attaque d'une église à Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)