Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Premiers de corvée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 04/06/2014

"Simulacre"

© France 24

Presse internationale, Mercredi 4 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, la présidentielle en Syrie, et le 25ème anniversaire de la répression de la place Tienanmen, en Chine.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
Au menu de cette revue de presse internationale, la présidentielle en Syrie. Un scrutin dont Bachar El Assad est le vainqueur attendu.
 
Officiellement, il va falloir attendre jusqu’à demain, pour connaître le résultat de ce vote, qui s’est achevé cette nuit à minuit heure locale après avoir été prolongé de 5 heures, «en raison de l'afflux massif des électeurs», selon la télévision officielle. «Une farce sous les bombes» titre L’Orient Le Jour, qui nous montre un Assad souriant et décontracté aux côtés de son épouse, s’essayant à l’exercice du «selfie» dans un bureau de vote de Damas. Les  électeurs ont voté dans les zones contrôlées par le régime, «sur fond d’explosions, de bruits d’obus et d’intenses survols de l’armée de l’air», rapporte le quotidien libanais.
 
Une journée de vote «dans un mélange de peur et d’exubérance», selon The Wall Street Journal - exubérance des supporters de Bachar Al Assad, et peur de tous les autres.
 
Le scrutin d’hier qui a été condamné par les alliés occidentaux, et arabes de l’opposition syrienne. L’un de ses représentants en exil, Michel Kilo, livre son analyse sur le site Rue89 sur ce qu’il estime être les deux principales justifications de cette élection aux yeux du régime: la première, c’est de retrouver une «légitimité populaire» après avoir perdu toute «légitimité constitutionnelle et nationale», et la seconde, de parvenir à «imposer sa solution militaire (comme) unique solution politique en coupant définitivement la route à la (vraie) solution politique adoptée à Genève», «dont l’application équivaut à écarter Assad du pouvoir».
 
Le site Rue89 propose un papier en forme de pied de nez au régime: «Réussir son simulacre d’élection en 6 leçon, pas Bachar El Assad»: limiter le nombre des adversaires en imposant aux candidats d’avoir vécu en Syrie ces 10 dernières années, s’afficher franchement, en choisissant des morts d’ordre limpides: «Assad, notre choix unique» disent ses affiches électorales, bien choisir ses observateurs, en optant pour des observateurs issus de «pays aux pratiques démocratiques éloignées du modèle scandinave», comme l’Iran, la Russie ou encore le Tadjikistan, puis finir avec un résultat flatteur: «le résultat est à votre guise», écrit Rue89, en rappelant que «les dictateurs aiment généralement les situer aux alentours de 95% des voix»: «c’est d’ailleurs le score atteint par le général Sissi en Egypte, mais Bachar el-Assad peut faire beaucoup mieux».
 
La presse internationale revient également sur le 25ème anniversaire de la répression de Tienanmen, passé sous silence par les autorités chinoises. The Guardian rappelle que beaucoup de jeunes Chinois ignorent tout de ces événements, tout en parlant d’ «une blessure qui n’a pas cicatrisé dans la psyché chinoise».
 
A la Une du China Daily, ce matin: comment les entreprises technologiques étrangères menacent internet, et un fait divers, le meurtre d’une jeune femme dans un Mac Donald de la province de Shandong…
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/10/2017 Revue de presse française

"Le parti communiste chinois, ce n'est pas ce que vous croyez"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 18 octobre, l’ouverture du 19ème Congrès du Parti communiste chinois, la reprise de la ville de Raqqa par les Forces...

En savoir plus

18/10/2017 Revue de presse française

"Premiers de corvée"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 18 octobre, l’ouverture du 19ème Congrès du Parti communiste chinois, qui doit adouber le président Xi Jinping pour un...

En savoir plus

17/10/2017 Revue de presse française

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 17 octobre, la mobilisation, notamment sur les réseaux sociaux, contre le harcèlement et les agressions dont sont victimes les...

En savoir plus

17/10/2017 Revue de presse internationale

"Je suis Daphne"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 17 octobre, la mort, hier, d’une journaliste d’investigation maltaise, tuée dans l’explosion de sa voiture. Les incendies...

En savoir plus

16/10/2017 Revue de presse internationale

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 16 octobre, la victoire aux législatives autrichiennes des conservateurs, emmenés par le jeune Sebastian Kurz, 31 ans. Mais...

En savoir plus