Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Economie

Tiananmen, tournant dans l'histoire du capitalisme à la chinoise ?

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/06/2014

Vingt-cinq ans après la répression de Tiananmen, le mouvement n’a pas engendré de réformes politiques majeures. Mais qu’en est-il sur le plan économique ? Cette question est toujours débattue.

Quel rapport entre un homme qui se tient seul devant une colonne de chars place Tiananmen en 1989 et le miracle économique chinois ? A priori aucun. Le mouvement de révolte, réprimé il y a 25 ans, était animé par la volonté de réforme politique. Les considérations économiques n’étaient que secondaires, voire inexistantes.

Pourtant, certains économistes jugent que Tiananmen est l’acte fondateur du modèle économique chinois actuel. “C’est l’an I de l’économie de marché socialiste à la sauce chinoise”, assure Jean-François Dufour, économiste et président du cabinet de conseil DCA Chine-Analyse.

Pour cet expert, le “traumatisme de Tiananmen” explique, en grande partie, la politique économique menée par Pékin à partir de 1992. “Elle est marquée par deux aspects : faire de la croissance économique la priorité absolue et garder un contrôle étatique sur les fondamentaux de l’économie”, souligne Jean-François Dufour.

La croissance pour étouffer la grogne sociale

Dans cette analyse, les manifestations estudiantines et la répression militaire qui s’en est suivie, jouent le rôle de déclic pour Pékin. “La Chine a une longue tradition révolutionnaire et Tiananmen est apparu, aux yeux du Parti communiste, comme l’un de ces moments où le régime est en danger”, rappelle Jean-François Dufour. Problème : le pouvoir n’envisage absolument pas de mener des réformes politiques. Pour acheter la paix sociale, le parti ne voit alors qu’une seule solution : tout miser sur les réformes économiques afin que la croissance étouffe la grogne.

Reste qu’au lendemain de la répression sanglante de 1989, tout le processus de réforme vers davantage d’économie de marché semble gelé. “Il y a en effet un trou de trois ans qui correspond à une période de lutte politique au sommet de l’État pour tirer les conséquences des événements”, analyse Jean-François Dufour. Deng Xiaoping, homme fort du régime et partisan d'une ouverture de l'économie chinoise, donne d’abord des gages à l’aile la plus conservatrice du parti. Puis, aidé par son successeur à la tête du pays Jiang Zemin, il réussit à convaincre toutes les factions du parti de la nécessité des réfomes économiques pour la pérennité du régime.

C’est probablement l’impact le plus important de Tiananmen pour Jean-François Dufour. “Jusqu'alors les tenants de la libéralisation de l'économie chinoise devaient composer avec les plus conservateurs. Après Tiananmen, tout le monde est d’accord pour dire que la croissance économique est le meilleur moyen d’étouffer les velléités de réformes politiques”, assure-t-il.

Tiananmen : “acte fondateur” ou simple “étape” ?

Cette vision d’un Tiananmen créateur de consensus politique pour un modèle économique laisse d’autres spécialistes perplexes. Pour Mary-Françoise Renard, responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine (IDREC), la ligne réformiste de Deng Xiaoping a, certes, triomphé en 1992. Mais de là à dire que le parti ne parlait alors plus que d’une seule voix, il y a un pas que cette spécialiste refuse de franchir.

Plus généralement, elle a du mal à adhérer à la thèse de “l’acte fondateur”. “Face aux événements de Tiananmen, le Parti communiste chinois a certes adapté sa politique économique, mais il le fait régulièrement face aux évolutions de la société”, juge Mary-Françoise Renard.

En outre, elle ne pense pas que 1989 marque une rupture dans la politique économique chinoise. “La volonté d’intégrer des éléments de l’économie de marché dans le modèle communiste chinois pour stimuler la croissance est déjà évoqué à l’époque de Mao et prend forme à partir de 1978 sous l’impulsion de Deng Xiaoping”, rappelle-t-elle.

En ce sens, cette économiste juge que Tiananmen est davantage “une étape” dans une politique de libéralisation de l’économie chinoise débutée bien avant. Mais étape ou acte fondateur, les événements du printemps 1989 ont sans conteste eu un impact économique rarement évoqué.

Première publication : 04/06/2014

  • COMMÉMORATION

    Bannie de Chine, la mémoire de Tiananmen survit à Hong Kong

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - CHINE

    Les élus américains ne veulent pas laisser les Chinois oublier Tiananmen

    En savoir plus

  • CHINE

    Pékin reconnaît le "rôle décisif de l'économie de marché"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)