Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama à Hiroshima : un hommage mais pas d’excuses

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Accord de la zone Euro : nouveau plan de sauvetage pour la Grèce

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Barack Obama à Hiroshima : l'appel pour un monde sans armes nucléaires

En savoir plus

REPORTERS

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Euro-2016 : la France chausse les crampons

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Turquie, que reste-il de la révolte de Gezi ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Issad Rebrab : "Ma seule ambition, le développement économique de l'Algérie"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les réfugiés dans l'œil de la photographe Anne A-R

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 05/06/2014

"Les sanglots longs des violons de l'automne"

© France 24

Presse française, Jeudi 5 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, une séquence diplomatique de haute voltige pour François Hollande à l’occasion des cérémonies du Débarquement, les attaques au chlore en Syrie, et le retour de Nicolas Sarkozy.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
 A la Une de la presse française, ce matin, le début d’une séquence diplomatique importante pour François Hollande: le président français s’apprête à recevoir 20 chefs d’Etat et de gouvernement pour les cérémonies du 70ème anniversaire du Débarquement.
 
Parmi les invités, Barack Obama et Vladimir Poutine, actuellement en plein froid diplomatique - une «guerre froide à Paris», et à la Une du Figaro, qui raconte que pour éviter tout incident, François Hollande a prévu de dîner successivement avec l’un puis avec l’autre. Pour Obama, ce sera un dîner dans un restaurant parisien, et au menu le dossier BNP/Paribas. Et avec Poutine, un dîner-souper à l’Elysée, deux heures plus tard, pour aborder, notamment, la question ukrainienne. D’après le Figaro, François Hollande refuserait de jouer «les entremetteurs» entre Obama et Poutine, et en serait réduit à un «numéro d’équilibriste». Le journal prévient: «Si le locataire de l’Élysée, focalisé sur son rôle de maître de cérémonies, se borne à éviter les incidents diplomatiques, on restera très en deçà des responsabilités d’un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU». «Toute la question est de savoir si le représentant de la France fera davantage que de la figuration sur la photo».
 
François Hollande est en plein marathon diplomatique, puisqu’il participe depuis hier au G7, auquel Vladimir Poutine n’a pas été convié. C’est donc sans le président russe que les dirigeants ont discuté de la crise en Ukraine. Ils ont aussi parlé, d’après le site du Monde, de la nécessité de «renforcer leur coopération» pour lutter contre le départ de djihadistes européens vers la Syrie. Plus de 2000 Européens seraient déjà partis ou tenteraient de se rendre actuellement dans le pays.
 
La Syrie où le régime persiste à mener des attaques chimiques au chlore sur les zones rebelles, d’après le Monde. La province de Hama aurait été la plus touchée par les attaques récentes; le chlore aurait aussi été utilisé dans la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, et sur des quartiers proches de Damas, à Jobar, Daraya, et Harasta, en violation flagrante de la charte de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques.
 
Il est aussi beaucoup question, ce matin, d’un retour annoncé, celui de Nicolas Sarkozy, pressé par ses amis de reprendre l’UMP. Le plus fidèle d’entre eux, l’indéfectible Brice Hortefeux, déclare dans le Monde que ce retour est une «nécessité».
 
«A l’UMP, Nicolas Sarkozy rejoue le débarquement», écrit Libération, qui explique que le principe du triumvirat à la tête de l’UMP oblige l’ex-président à reprendre la main en vitesse, et que l’affaire Bygmalion, surtout, force Nicolas Sarkozy «à réagir sans tarder».
 
Pour le Figaro, «l’opération Overlord a commencé»: «Il y a soixante-dix ans, l’annonce d’un débarquement se faisait encore de manière codée. Le message de Brice Hortefeux, n’a, lui, rien de codé».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/05/2016 Japon

"Hiroshima : une visite sans excuses"

Au menu de la revue de presse internationale du vendredi 27 mai : la visite historique de Barack Obama à Hiroshima, Donald Trump assuré d’être le candidat républicain à la...

En savoir plus

27/05/2016 Didier Deschamps

"King Canto, un vrai cong ?"

Au menu de la revue de presse française du vendredi 27 mai : la charge verbale de Cantona contre Deschamps ; la sortie de crise en France, c'est pour quand ? Et enfin les...

En savoir plus

26/05/2016 Revue de presse internationale

"Netanyahou, Premier ministre de l'État d'Israël-Palestine"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 26 mai, la réintégration des ultranationalistes dans le gouvernement de Benyamin Netanyahou, la dérive autoritaire du...

En savoir plus

26/05/2016 Revue de presse française

"La CGT accusée de vouloir mettre "la France à genoux""

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 26 mai, la huitième journée de mobilisation contre la loi Travail, alors que le mouvement social continue de s’étendre, marqué...

En savoir plus

25/05/2016 Revue de presse internationale

"Bond, Jane Bond"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 25 mai, les questions soulevées par l’élimination du chef taliban Akhtar Mansour, la double offensive de la coalition...

En savoir plus