Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

EUROPE

À Paris, les tractations diplomatiques entre Poutine et les Occidentaux ont débuté

© AFP / François Hollande et Vladimir Poutine sur le perron de l'Élysée

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/06/2014

Arrivé jeudi soir à Paris pour les célébrations du Débarquement, le président russe rencontre ses homologues occidentaux pour la première fois depuis l’annexion de la Crimée par la Russie, et ce dans un contexte de tension sur le dossier ukrainien.

Alors que se profile la cérémonie de commémorations du 70e anniversaire du Débarquement allié en Normandie, le président russe Vladimir Poutine est arrivé à Paris, jeudi 5 juin. La visite du président russe revêt un caractère particulier, alors que les relations entre Moscou et les chancelleries occidentales se sont tendues ces dernières semaines, en raison de la crise ukrainienne.

À Paris, le chef d’État russe s’est tout d’abord entretenu avec le Premier ministre britannique David Cameron, qui l’a appelé à "formellement reconnaître et travailler avec le nouveau président" ukrainien Petro Porochenko. "Le statu quo n'est pas acceptable. (…) Nous avons besoin d'une désescalade, nous avons besoin de stopper les arrivées d'armes et d'hommes à travers la frontière", a ajouté David Cameron à l’adresse de Vladimir Poutine.

Puis le président russe a été reçu à l’Élysée pour un souper avec son homologue français François Hollande. L’Ukraine était également au menu de cette rencontre officielle.

Obama et Poutine en froid

Ce sera ensuite au tour de la chancelière allemande Angela Merkel de s’entretenir en tête-à-tête avec Vladimir Poutine vendredi matin, juste avant le début des cérémonies officielles du Débarquement en Normandie.

Seul le président américain, Barack Obama, n'a prévu aucune rencontre avec son homologue russe. Ce qui a d’ailleurs contraint François Hollande à prévoir deux dîners séparés jeudi soir, l’un pour le chef d’État américain, l’autre avec le président russe dans la foulée.

À l'issue du sommet du G7 qui s’est tenu à Bruxelles jeudi, juste avant l’arrivée des chefs d’État à Paris, Barack Obama a déclaré que les pays du G7 attendaient de voir ce que Vladimir Poutine allait "faire dans les deux, trois, quatre prochaines semaines" dans la crise ukrainienne avant de décider d'éventuelles nouvelles sanctions. "M. Poutine a la possibilité de revenir dans le droit chemin de la loi internationale", a ajouté le président américain, mettant ainsi Moscou en garde.

Depuis le début de la crise et le rattachement de la Crimée à la Russie, les États-Unis et l'Union européenne ont imposé une série de sanctions ciblées à l’attention des personnalités russes et ukrainiennes pro-russes.

Poutine va-t-il rencontrer Porochenko ?

Le nouveau président ukrainien Petro Porochenko sera lui aussi présent lors de ces célébrations du Débarquement de 1944. La question est de savoir si le président russe va accepter de s’entretenir avec lui. Un scénario que les dirigeants du G7 aimeraient voir se réaliser. En milieu de semaine, ils ont appelé Vladimir Poutine à faire baisser la tension en Ukraine et à "coopérer" avec le nouveau président ukrainien.

"Je ne compte éviter personne et parlerai, évidemment, à tout le monde", a répondu le président russe, interrogé sur une chaîne de télévision française. Une déclaration qui tranche cependant avec l’attitude de Moscou, puisque la Russie n'a toujours pas formellement reconnu le nouveau président, élu le 25 mai, et qui doit entrer en fonctions à Kiev dans les tous prochains jours.

Avec AFP

Première publication : 05/06/2014

  • FRANCE

    "D-Day" : quatre questions qui peuvent gâcher la fête

    En savoir plus

  • CÉLÉBRATIONS DU DÉBARQUEMENT

    Arrivée en France d'une dizaine de chefs d'État pour les célébrations du "D-Day"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Une Femen s'en prend à Poutine au musée Grévin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)