Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump interdit l'armée aux transgenres

En savoir plus

LE DÉBAT

Pologne : le casse-tête de Bruxelles (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Pologne : le casse-tête de Bruxelles (partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sarraj : "Nous avons besoin de l'ONU pour organiser des élections en Libye"

En savoir plus

FOCUS

Discrimination positive au Brésil : des étudiants dénoncent des fraudes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Valérian", dernière superproduction de Besson, débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : "le simulacre d'assurance maladie" au Sénat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron réconcilie les Libyens"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Accord inédit sur la Libye

En savoir plus

Moyen-Orient

Plus de 30 Français sont morts au combat en Syrie, selon Hollande

© AFP - Un soldat syrien à Jobar, une banlieue de Damas, en juin 2014

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/06/2014

Plus de 30 ressortissants français partis combattre en Syrie y ont trouvé la mort, a déclaré mercredi François Hollande au G7 de Bruxelles. Les dirigeants des différents pays ont décidé de coopérer davantage face à la menace djihadiste.

"Nous avons évalué à plus de 30 les ressortissants français qui sont morts en Syrie", a annoncé mercredi soir François Hollande, lors d'une conférence de presse au G7 de Bruxelles où les dirigeants des sept pays les plus développés du monde ont évoqué la question des djihadistes étrangers dans le conflit.

Le président français a précisé qu'avec ses homologues, ils avaient décidé, face au phénomène des combattants étrangers en Syrie, de "coopérer davantage", et notamment en matière "de renseignement". Le chef de l'État a évoqué la nécessité de surveiller plus en détails les mouvements des combattants étrangers. "Des actions vont être prises, ont déjà été prises", a-t-il ajouté, parlant d'une "prise de conscience".

Le danger que posent les djihadistes lors de leur retour de Syrie a été souligné par la tuerie du Musée juif de Bruxelles le 24 mai dernier dont l'auteur présumé, Mehdi Nemmouche, un Français radicalisé en prison, était parti faire le djihad en Syrie.

Ce drame a réveillé le débat sur l'efficacité de l'anti-terrorisme français et la capacité des autorités à lutter contre la radicalisation en prison.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 05/06/2014

  • TERRORISME

    Coup de filet dans les filières djihadistes en France

    En savoir plus

  • FRANCE

    La sœur de Mohamed Merah est-elle partie en Syrie ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des djihadistes présumés arrêtés à Strasbourg, six personnes en garde à vue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)