Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

Economie

Des SMS surtaxés à la prise d'otage de smartphone, dix ans de virus sur mobile

© Studio FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/06/2014

Le premier virus informatique spécifiquement conçu pour infecter les téléphones portables, Cabir, a été découvert en juin 2004. Retour sur dix ans de montée en puissance de la menace virale pour les possesseurs de smartphones.

Au début, il fallait posséder un Nokia de la série 60 et avoir le Bluetooth activé pour risquer d’attraper un virus sur son téléphone. Et encore Cabir, le premier logiciel malveillant sur mobile découvert en juin 2004, n’était pas bien méchant. Il se contentait d’afficher le mot "Caribe" sur l’écran d’accueil.

En dix ans, le paysage des logiciels malveillants spécialement conçus pour les smartphones a bien changé. "Aujourd’hui, on découvre 15 000 nouveaux virus par jour sur Android [le système d’exploitation pour téléphone de Google, NDLR]", affirme Axelle Apvrille, spécialiste des virus sur mobile pour la société de sécurité informatique Fortinet. Des petits programmes devenus bien plus agressifs que Cabir. Ils peuvent bloquer le téléphone, envoyer des SMS surtaxés à l’insu des utilisateurs ou encore espionner tout ce qu’on fait sur un smartphone pour le compte de gangs criminels ou… de la NSA.
 
"Les virus et ceux qui les créent se sont adaptés à la popularité croissante des mobiles", résume Axelle Apvrille. Cette évolution n’a pas été simple comme un coup de fil et s’est faite par étape.
 
Lorsque le hacker, du nom de Vallez, avait développé Cabir, il y a dix ans, c’était essentiellement "pour prouver qu’infecter un téléphone portable était possible", souligne la spécialiste de Fortinet. L’époque était alors au défi et à la démonstration de force. En somme, pas de quoi inquiéter les possesseurs de téléphones portables.
 
L’aubaine du SMS surtaxé
 
Mais ces logiciels ne tardent pas à se faire réellement malveillants. Dès 2006, une nouvelle mode apparaît : les virus qui envoient des SMS surtaxés depuis les appareils infectés. L’attaquant louait un numéro surtaxé chez un fournisseur spécialisé puis créait un virus qui se propageait en téléchargeant des petites applications, comme des jeux, qui fonctionnaient sous Java.
 
RedBrowser est le premier du genre : une fois téléchargé, ce virus envoyait automatiquement des SMS au numéro surtaxé qui coûtaient cinq dollars par message. Le temps de découvrir la supercherie, le numéro n’était généralement plus actif, rendant particulièrement ardue la traque du pirate. "Un code informatique d’une quinzaine de lignes et une petite infrastructure suffisait pour ce genre d’arnaque qui pouvait encore être fait par une personne ou une petite équipe", explique Axelle Apvrille.
 
RedBrowser et ses successeurs ont démontré que les virus sur mobiles pouvaient être lucratifs. Conséquence : ce marché commence alors à intéresser des groupes de criminels plus professionnels. La révolution des smartphones, débuté en 2007 avec l’iPhone, va leur donner un terrain de jeu toujours plus vaste.
 
C’est en 2009, avec le logiciel malveillant Yxes (Sexy à l’envers) que l’un des passe-temps favoris sur PC des cybercriminels fait son apparition sur téléphone : la création et l’exploitation de botnets. Ces virus permettent aux assaillants de faire exécuter à distance des actions spécifiques comme l’envoi de spam, à un grand nombre de terminaux infectés. "Environ 100 000 téléphones Nokia, essentiellement en Asie, ont été victimes d’Yxes", se rappelle Axelle Apvrille. Pour se propager, ce virus récupérait toute la liste de contacts du téléphone infecté et envoyait un message piégé à chaque numéro.
 
Demain des "ransomwares" partout ?
 
À partir de 2009-2010, Android devient la coqueluche des développeurs de virus pour téléphone. Son "app store", beaucoup moins contrôlé que celui d’Apple, permet de créer des applications piégées qui sont moins rapidement repérées. On peut, en outre, télécharger des programmes depuis des boutiques d’applications alternatives, c’est-à-dire non-contrôlées par Google et très prisées en Chine, ce qui est impossible sur l’iPhone : du pain béni pour les créateurs de virus.
 
Le succès mondial des smartphones Android fait entrer les virus sur mobile dans la cour des grands. Le logiciel malveillant Plankton - qui modifie la page d’accueil du navigateur internet sur téléphone et rajoute des raccourcis publicitaires - a infecté plus de cinq millions de téléphones.
 
Il n’est pas, pour autant, forcément plus sûr d’avoir un iPhone. "Il y a peut-être plus de virus sur Android, mais ça ne veut pas dire que ceux qui existent sur iPhone ne sont pas aussi dangereux", note Axelle Apvrille.
 
La dernière mode à venir du monde du PC est le "ransomware". Le premier virus de ce genre sur smartphone, Simplocker, a été découvert mardi 3 juin. Il suffit de télécharger une fausse application au nom aguicheur (Sex Xionix) et l’utilisateur peut se retrouver privé d’accès à son téléphone. Les données sont littéralement prises en otage et il faut payer une rançon (de 16 euros) pour retrouver le contrôle de son smartphone.
 
Mais les ransomware n’en sont encore qu’à leur prémices. Pour l’heure, les classiques ont encore la côte : "Un gros tiers sont des virus actifs qui envoient des SMS surtaxés, un autre tiers représente des logiciels espions qui récupèrent des informations personnelles ou bancaires et le reste est constitué de virus divers et variés", résume Axelle Apvrille.

Première publication : 05/06/2014

  • CYBERSÉCURITÉ

    Nouveau vol de données chez Orange : 1,3 million de victimes

    En savoir plus

  • INTERNET

    "Chameleon" : le premier virus informatique qui aime le Wifi

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Le hacker était dans le visiophone pour bébé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)