Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

François Hollande revient à Florange

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dialogue de sourds ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mythes fracassés de la présidence Hollande"

En savoir plus

FRANCE

PMA : "343 fraudeuses" réclament le droit de fonder un foyer

© AFP - Des jeunes femmes lors de la Gay Pride à Paris, en 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/06/2014

Dans un manifeste, 343 femmes, hétérosexuelles et homosexuelles, affirment avoir eu recours illégalement à la procréation médicalement assistée (PMA) à l'étranger, afin de fonder une famille. La PMA reste très réglementée en France.

Les "343 fraudeuses" sortent de l’ombre dans un manifeste publié vendredi 6 juin dans le journal "Libération". Affirmant avoir eu recours à une procréation médicalement assistée (PMA) à l'étranger, faute de pouvoir le faire en France, plusieurs centaines de femmes réclament l'ouverture de ce droit à toutes les femmes sans discrimination, et notamment aux couples de lesbiennes.

Ces femmes, hétérosexuelles ou homosexuelles, seules ou en couple, qui revendiquent avoir été contraintes de se mettre hors-la-loi pour assouvir leur désir de fonder un foyer, demandent également "l'égalité entre couples homosexuels et hétérosexuels pour l'établissement de la filiation de leurs enfants". En France, la PMA n'est ouverte qu'aux couples hétérosexuels souffrant d'infertilité, pouvant justifier d’au moins deux ans de vie commune et dont l’âge de la femme n’excède pas 43 ans.

Le manifeste, qui se veut un écho au manifeste des "343 salopes" dans lequel, en 1971, des femmes avouaient avoir avorté et demandaient la légalisation de cette pratique, a recueilli plus de 1 000 signatures de soutien. Selon "Libération", les députés écologistes Noël Mamère et Serge Coronado ont signé la pétition, lancée la semaine dernière par un couple d'homosexuelles, Marie et Ewenne, adhérentes de l'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL).

"Je suis l’une d’elles"

"Chaque année, des milliers de femmes ont recours à une PMA à l’étranger dans le but de fonder une famille. D’autres le font dans des conditions dangereuses pour leur santé en raison de l’exclusion à laquelle elles sont condamnées alors que cette même intervention est autorisée en France pour les couples hétérosexuels. Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir eu recours à une insémination avec donneur afin de fonder une famille", stipule ce manifeste.

Les deux femmes à l'origine du texte expliquent l'avoir écrit pour exprimer leur "colère". "La colère de devoir faire des milliers de kilomètres pour nous rendre en Belgique où nous avons déjà fait deux inséminations avec donneur, pour l'instant sans succès [...] Mais la colère aussi, après ce parcours de combattantes, de devoir mener un autre combat contre la justice de notre pays."

La loi sur le mariage homosexuel, votée l'an dernier, devait initialement inclure la PMA, mais le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé en début de semaine que cette question épineuse ne serait finalement pas discutée d’ici 2017, soit à la fin du mandat de François Hollande qui s’était pourtant déclaré en faveur de cette mesure lors de sa campagne électorale.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 06/06/2014

  • FRANCE

    Ayrault confirme que la PMA sera au menu du projet de loi sur la famille

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)