Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

Une vague républicaine déferle dans les rues d'Espagne

© AFP - Des dizaines de milliers de manifestants ont battu le pavé

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/06/2014

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, samedi, pour appeler au retour de la République en Espagne, alors que le roi Juan Carlos a abdiqué le 2 juin et que son successeur Felipe VI doit prochainement prêter serment.

À Madrid comme dans le reste de l’Espagne, des dizaines de milliers d’opposants à la monarchie ont battu le pavé pour obtenir le retour du pays à la République, portés par l’abdication du roi Juan Carlos, le 2 juin dernier. Ces rassemblements interviennent alors que le futur roi Felipe VI s'apprête à prêter serment.

Cette vague républicaine a déferlé sur le pays dès le soir du 2 juin, quelques heures après l'annonce de l'abdication du roi Juan Carlos, âgé de 76 ans. "L'Espagne, demain, sera républicaine", criaient des dizaines de milliers de manifestants, agitant le drapeau rouge, or et violet de la deuxième république espagnole, proclamée en avril 1931 et balayée en 1939 par la dictature franquiste, après trois années de guerre civile.

"Referendum Ya"

Samedi 7 juin, des dizaines de partis politiques de gauche et organisations citoyennes ont appelé à de nouveaux rassemblements, réclamant "Un référendum Maintenant (Referendum Ya)" sur l'avenir de la monarchie. En dépit de ces appels, le prince héritier Felipe, âgé de 46 ans, prêtera probablement serment devant les deux chambres du Parlement, le 19 juin prochain.

Auparavant la Chambre des députés, le 11 juin, puis le Sénat, auront voté une loi autorisant l'abdication de Juan Carlos. Le résultat de cette consultation est scellé d'avance, les partis favorables à la monarchie, essentiellement le Parti populaire, de droite, qui gouverne l'Espagne, et le Parti socialiste, première force d'opposition, rassemblant plus de 80% des sièges au Parlement élu en 2011.

Une monarchie usée

Mais durant ces trois années, la crise économique et les scandales qui ont entaché la fin de règne de Juan Carlos ont fait plonger la popularité du roi, et la monarchie n'a pas échappé à la perte de confiance générale envers les institutions.

Aujourd'hui, c'est un roi usé par de multiples ennuis de santé et par les scandales qui passe le relais.

En annonçant son abdication, Juan Carlos avait souhaité le "renouveau" de la monarchie sous l'impulsion d'une "nouvelle génération", laissant au futur Felipe VI, jusqu'à présent épargné par la chute de popularité qui frappe son père, la lourde tâche de redorer le blason de la monarchie auprès du peuple espagnol.

Avec AFP
 

Première publication : 07/06/2014

  • ABDICATION DE JUAN CARLOS

    Les Espagnols dans la rue pour un retour à la République

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Felipe VI, futur roi d’Espagne, un rôle taillé sur mesure

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    En images : Juan Carlos, 39 années de règne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)