Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

SPORT

Le XV de France écrasé par l’Australie à Brisbane (50-23)

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/06/2014

Pour le premier de ses trois test-matches prévus contre l’Australie, le XV de France a été totalement surclassé. Les hommes de Philippe Saint-André semblent de plus en plus perdus sur le pré, à maintenant quinze mois du Mondial anglais.

Dès le premier de ses trois test-matches face aux Wallabies, le XV de France s’est pris les pieds dans le tapis. À Brisbane, les Bleus ont été balayés 50-23 et devront montrer d’autres dispositions pour redresser la barre à Melbourne, le 14 juin.

Surclassés dans tous les compartiments de jeu, les Bleus doivent désormais se souvenir avec mélancolie du temps - pourtant pas si lointain - où ils infligeaient une leçon (33-6) aux Wallabies un soir de novembre 2012, dans la ferveur du Stade de France.

Empruntés, jouant en pagaille et la peur au ventre, les hommes de Philippe Saint-André n'ont jamais semblé en mesure de mettre la main sur ce match. Un signal inquiétant, qui pourrait faire de cette tournée australienne un véritable chemin de croix.

Surtout, à 15 mois du Mondial en Angleterre, le bilan est inquiétant. Rarement les Bleus n’ont semblé si incapables de prendre le dessus sur leurs adversaires de l’hémisphère sud.

Certes les Australiens, repris fermement en main par Ewen McKenzie il y a un an, voguaient sur une probante série de quatre victoires d'affilée, acquises en novembre en Europe. Mais, pour leur premier match de la saison, ils n'ont guère eu besoin de forcer leur talent. Ils se lancent en tous cas parfaitement pour cette campagne 2014 sous le signe de la rédemption, après avoir entamé 2011 (Samoa), 2012 (Écosse) et 2013 (Lions britanniques) par une défaite.

De quoi envisager avec une appréhension certaine leur montée en puissance programmée sur les prochaines semaines, avec un test à Melbourne le 14 juin, puis à Sydney le 21 juin.

Meilleurs dans les duels, plus puissants, systématiquement en surnombre sur les extérieurs et jamais gênés par la défense inversée à bout de souffle des Français, les Wallabies ont par moment donné l'impression d'effectuer une joyeuse répétition avant leur Four Nations qui débutera en août.

Si lumière il devait y avoir dans une semaine à Melbourne, peut-être viendra-t-elle de l'intégration des finalistes du Top 14 - Bastareaud au centre, Tales à l'ouverture, Dulin à l'arrière - et le retour de blessure du capitaine Thierry Dusautoir, encore trop juste ce samedi.

Mais le mal est d'abord venu samedi du manque cruel de maîtrise collective des Bleus, dans la gestion des temps faibles et forts. Ceux-ci avaient pourtant attaqué le match avec de jolies intentions... feu de paille.

Dominés de la tête et des épaules

À Brisbane, les Australiens n’ont pas tardé à étaler crânement leur confiance, en allant chercher une pénal-touche, plutôt qu'une pénalité facile entre les poteaux, dès la 18e minute, alors que le score était coincé à 3-3.

Un pari réussi, puisque sur le lancement de jeu, Israel Folau aplatissait en bout de ligne et ouvrait un long et douloureux calvaire pour les Français.

Le reste ? Une litanie de célébrations jaunes et vertes dans l'en-but des Bleus. Adam Ashley-Cooper (24), Michael Hooper (33) et Matt Tomua (39) permettaient aux Wallabies de rallier la pause avec la quasi-assurance du match gagné (29-9).

Côté français, Frédéric Michalak, d'un drop et deux pénalités, n'entretenaient que très vaguement l'espoir d'une remontée.

Restés tranquillement en cercle sur le terrain à la mi-temps, en attendant des Français rentrés aux vestiaires puiser on ne sait quelle énergie du désespoir, les Wallabies poursuivirent leur effort peu avant l'heure de jeu par un essai du "Honey Badger" Nick Cummins. Les vannes de nouveau ouvertes, Kurley Beale (68) et Pat McCabe (70) forçaient le trait de la déroute.

Une timide réaction en fin de match, concrétisée par un essai de Morgan Parra puis un autre de pénalité derrière une mêlée conquérante, permettait au moins aux Bleus de ramener la l’écart à 27 unités.

Une révolte bien trop tardive qui permet au moins aux hommes de PSA d’éviter d’entrer dans l’histoire, en établissant une nouvelle défaite record. Les tablettes conservent donc, pour quelques minutes, la correction reçue en France en novembre 2010 (59-16). Un moindre mal.

Avec AFP
 

Première publication : 07/06/2014

  • CENTENAIRE

    Grande Guerre : le lourd tribut des rugbymen français

    En savoir plus

  • RUGBY

    Toulon sacré champion de France après sa victoire contre Castres

    En savoir plus

  • RUGBY

    Jonny Wilkinson, le meilleur ennemi des Français, tire sa révérence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)