Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Macron prêt à autoriser "toutes les entreprises" à déroger aux 35 heures

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

Le 6 Juin ne fait pas encore le printemps de Hollande, selon les politologues

AFP

Le président français Francois Hollande (L) accueille le président russe Vladimir Poutine aux cérémonie de commémoration du Jour J à Ouistreham, en Normandie le 6 juin 2014, marquant le 70e anniversaire du débarquement alliéLe président français Francois Hollande (L) accueille le président russe Vladimir Poutine aux cérémonie de commémoration du Jour J à Ouistreham, en Normandie le 6 juin 2014, marquant le 70e anniversaire du débarquement allié

Le président français Francois Hollande (L) accueille le président russe Vladimir Poutine aux cérémonie de commémoration du Jour J à Ouistreham, en Normandie le 6 juin 2014, marquant le 70e anniversaire du débarquement alliéLe président français Francois Hollande (L) accueille le président russe Vladimir Poutine aux cérémonie de commémoration du Jour J à Ouistreham, en Normandie le 6 juin 2014, marquant le 70e anniversaire du débarquement allié

Si la poignée de main entre les présidents russe et ukrainien en Normandie apparaît comme un succès diplomatique pour François Hollande, elle ne suffira pas pour reconquérir le coeur des Français, estiment les analystes interrogés par l'AFP.

Espérée mais incertaine, la rencontre entre Vladimir Poutine et le nouveau président ukrainien Petro Porochenko a finalement bien eu lieu vendredi en marge des commémorations du Débarquement, faisant renaître l'espoir d'une désescalade dans la crise ukrainienne.

"Il s'agit certes d'une séquence positive mais il serait illusoire de penser que le début de la reconquête de l'opinion française a commencé sur les plages de Normandie", observe Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies de l'Ifop.

"Comme pour le Mali et la Centrafrique, le répit sera de très courte durée car les graves difficultés quotidiennes que rencontrent les Français vont rapidement reprendre le dessus avec les économies budgétaires, le chômage record, les plans sociaux, la réforme de la carte des régions ou la réforme pénale", augure-t-il.

A la veille des cérémonies du 6 Juin, François Hollande poursuivait inexorablement sa descente aux enfers dans les sondages. Sa cote de confiance reculait encore de 2 points, à 16%, selon un sondage TNS Sofres-Sopra Group pour le Figaro Magazine, nouveau record on ne peut plus négatif.

Quant à son action, elle n'était ainsi approuvée que par 18% des Français, selon le baromètre Ifop pour Paris Match, en chute de trois points.

François Hollande a fort à faire pour convaincre sur la scène intérieure comme le montraient aussi deux enquêtes portant sur le redécoupage de la carte des régions. Selon BVA et l'Ifop, une majorité de Français n'a pas été convaincue par cette réforme sur laquelle l'Elysée mise pourtant beaucoup.

- Lente reconstruction -

Pour Jérôme Fourquet, "hormis des situations très particulières, comme celle du président américain George W. Bush au lendemain du 11 septembre, ce ne sont jamais les questions de politiques étrangères qui font la popularité d'un président".

"La reconquête ne peut s'inscrire que dans le long terme et de façon très besogneuse: il faut maintenant fournir des résultats aux Français sur le pouvoir d'achat, la fiscalité, l'emploi et les comptes publics", estime le politologue.

Stéphane Rozès, président du cabinet Cap, est sur la même ligne. "Le lien entre François Hollande et les Français entre dans une nouvelle phase, celle d'une lente reconstruction liée au remaniement ministériel et à l'arrivé de Manuel Valls à Matignon", assure-t-il.

Dans cette perspective, le président doit, selon lui, "à la fois renouer un rapport du quotidien avec les Français et occuper un espace présidentiel, tracer le destin de la France dans le monde et proposer les termes d'une renaissance européenne".

"La confiance ne se décrète pas, c'est au président de dire aussi ce qu'est la France et où elle va", insiste Stéphane Rozès.

Lundi, François Hollande sera à Tulle (Corrèze) pour une nouvelle commémoration, celle du 70e anniversaire de la pendaison de 99 habitants de la ville, perpétrée par les nazis le 9 juin 1944.

Même si l'objet de ce déplacement rend peu probables de nouveaux débordements, l'accueil qui lui sera réservé dans cette ville qui l'a fait roi et où il jouit encore d'une popularité certaine sera scruté avec d'autant plus d'attention que ses visites dans les provinces françaises sont depuis quelques mois autant d'épreuves.

Sa dernière sortie purement nationale, le 30 mai à Rodez, a vu son conseiller à l'agriculture être "retenu" pendant plusieurs heures par des militants de la Confédération paysanne tandis que la police faisait usage de gaz lacrymogènes pour tenir à distance une coalition de mécontents, gâchant un peu la fête de l'inauguration du Musée Soulages.

Première publication : 08/06/2014