Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour le tournage de "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • En direct : Laurent Fabius à la conférence des ambassadeurs

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

Une chaîne humaine pour l'autodétermination du Pays Basque

AFP

Des gens forment une chaîne humaine en tenant un drapeau basque à Mondragon le 8 juin 2014Des gens forment une chaîne humaine en tenant un drapeau basque à Mondragon le 8 juin 2014

Des gens forment une chaîne humaine en tenant un drapeau basque à Mondragon le 8 juin 2014Des gens forment une chaîne humaine en tenant un drapeau basque à Mondragon le 8 juin 2014

Une chaîne humaine a rassemblé dimanche environ 100.000 personnes, selon ses organisateurs, pour réclamer l'autodétermination du Pays Basque espagnol, sur le modèle d'une manifestation semblable qui avait réuni des centaines de milliers de personnes en septembre 2013 en Catalogne.

Sur les 123 kilomètres reliant la ville basque de Durango à Pampelune, la capitale de la Navarre, une région du nord de l'Espagne considérée par les nationalistes comme faisant partie du Grand Pays Basque, les participants se sont donné la main le long de routes, agitant l'ikurrinña, le drapeau basque rouge, blanc et vert.

La manifestation était organisée par une plateforme citoyenne, Gure esku dago (Entre nos mains), soutenue par les partis indépendantistes. Le président du Parti nationaliste basque (PNV), qui gouverne la région, Andoni Ortuzar, était également présent.

Cette journée doit marquer "un point d'inflexion" vers le droit à l'autodétermination du Pays Basque et montrer "que les Basques sont capables de travailler ensemble", affirmait le porte-parole de la plateforme, Angel Oiarbide.

"Nous sommes un peuple, nous avons le droit de décider et le moment est venu de le faire", ajoutait-il.

Le Pays Basque est, avec la Catalogne, l'une des deux régions d'Espagne gouvernées par des partis nationalistes. La gauche indépendantiste, qui a gagné en influence politique ces dernières années à mesure que s'affaiblissait le groupe armé ETA, était devenue aux élections régionales de 2012 la deuxième force régionale, derrière les nationalistes conservateurs du PNV.

En Catalogne, les partis nationalistes veulent organiser le 9 novembre prochain un référendum d'autodétermination, déclaré illégal par Madrid.

Le 9 septembre 2013, à l'occasion de la Diada, le Jour de la Catalogne, les indépendantistes avaient organisé une chaîne humaine géante le long des 400 kilomètres de côtes reliant le nord au sud de la région.

Au Pays Basque, les aspirations à l'indépendance sont désormais portées par les partis politiques nationalistes, alors que l'ETA a mis fin à la violence le 20 octobre 2011. Le groupe armé, considéré comme responsable de la mort de 829 personnes en quatre décennies d'attentats, refuse cependant de se dissoudre comme l'exigent les gouvernements espagnol et français.

Première publication : 08/06/2014