Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Asie - pacifique

L'attaque de l'aéroport de Karachi revendiquée par les Taliban pakistanais

© AFP / L'aéroport international Jinnah de Karachi

Vidéo par Julien CHEHIDA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/06/2014

Douze heures après le début de l’assaut de l’aéroport de Karachi, les paramilitaires ont annoncé la fin de l’attaque, revendiquée par les Taliban pakistanais, et la mort de tous les assaillants ainsi que d’une dizaines d’autres personnes.

L'assaut rebelle à l'aéroport de Karachi, situé dans le sud du Pakistan, a finalement duré près de douze heures. Les forces de sécurité pakistanaises ont annoncé la fin de l’attaque lundi 9 juin, au matin : "L'attaque est terminée, nous avons éliminé tous les assaillants de la zone", a déclaré un porte-parole de la force paramilitaire de la ville. Le bilan est d’au moins 24 morts, dont dix assaillants, selon le dernier bilan des autorités.

Dimanche soir vers 23 heures (18h GMT), des hommes lourdement armés ont pris d’assaut l'aéroport de Karachi, capitale économique du pays. Selon les premières informations, les assaillants auraient pénétré dans l'enceinte de l'aéroport international par au moins deux côtés, et notamment en cisaillant une clôture grillagée de l'ancien terminal, qui n'est plus utilisé par les passagers mais qui abrite des bureaux, des ateliers et des hangars.

Un haut responsable des services de renseignements, présent sur les lieux, a confirmé qu'un assaillant avait explosé quand il avait été touché par des tirs, suggérant qu'il portait une veste explosive. Des colonnes de fumée flottaient au-dessus de l'aéroport, et des bris de verre et des chargeurs vides jonchaient le sol de l'endroit où ont eu lieu les premiers échanges de coups de feu.

À l’aube, l'armée avait annoncé, un peu trop rapidement, avoir repris le contrôle du principal aéroport du pays, et affirmé avoir ainsi mis fin à l'une des attaques les plus téméraires contre la plus grande ville pakistanaise. Le porte-parole de l’armée pakistanaise Asim Bajwa avait assuré que les vols reprendraient en cours de journée. Il avait ajouté que l'attaque n'avait fait "aucun dégât aux avions", mais provoqué des incendies de certains bâtiments proches. "Tous les actifs vitaux sont intacts", avait-il souligné, ajoutant que les forces de sécurité avaient saisi des munitions, des fusées et des lance-roquettes appartenant aux assaillants. Mais les forces de sécurité ont dû essuyer de nouveaux tirs avec les rebelles avant de mettre un terme à l’assaut.

Attaque de Karachi : les précisions de notre correspondante

Venger la mort du chef Mehsud

L'attaque a été revendiquée dans la matinée par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), principal groupe rebelle islamiste du pays, qui mène depuis 2007 une sanglante guérilla contre le gouvernement d'Islamabad. Le TTP a, ces dernières années, mené plusieurs attaques commando de ce style contre des cibles censées être très sécurisées. "Nous avons mené l'attaque contre l'aéroport de Karachi pour venger la mort de Hakimullah Mehsud", chef du TTP tué en novembre dernier par un tir de drone américain, a précisé M. Shahid.

L'attaque intervient alors que des négociations entreprises par le Pakistan avec les Taliban, dont les attaques ont tué plus de 6 000 personnes à travers le pays depuis sept ans, sont dans l'impasse. En revendiquant l'assaut, Shahid a dénoncé ces offres de dialogue du gouvernement, un artifice qui n'est en fait qu'un "outil de guerre" supplémentaire utilisé par les autorités pour combattre le TTP.

En 2011, des islamistes avaient attaqué la base navale de Karachi, détruisant deux avions de fabrication américaine et tuant dix membres du personnel au cours d'un siège qui avait duré 17 heures.

Avec AFP

Première publication : 09/06/2014

  • PAKISTAN

    Pakistan : des frappes aériennes tuent 60 insurgés dans les zones tribales

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'aéroport international de Karachi attaqué par des hommes armés

    En savoir plus

  • Sur le Net

    Twitter censure des contenus "blasphématoires" au Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)