Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"2016 sera une année record pour le tourisme en Grèce"

En savoir plus

Sports

Les footballeurs camerounais finalement arrivés au Brésil pour le Mondial

© AFP | L'équipe du Cameroun, le 1er juin, avant un match amical

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/06/2014

Les Lions indomptables ont fini par arriver au Brésil, en vue de la Coupe du monde 2014. Depuis des semaines, des histoires de primes secouaient la délégation. Les joueurs et la fédération semblent finalement avoir conclu un accord.

C’est l’épilogue d’un feuilleton qui aura duré plusieurs semaines. Dimanche 8 juin au soir, les footballeurs de l’équipe nationale du Cameroun ont finalement accepté de décoller pour le Brésil pour participer à la Coupe du monde, indique RFI. En effet, les Lions indomptables contestaient le montant des primes de match que leur proposait la Fédération nationale de football du Cameroun : 50 millions de FCFA par joueur à chaque étape franchie, selon la Cameroon radio television (Crtv), à comparer aux 45 millions versés lors du Mondial-2010 en Afrique du Sud.

Dimanche matin encore, les joueurs ont préféré rester dans la chambre de leur hôtel, à Yaoundé, plutôt que de monter dans le bus pour l’aéroport. "Les joueurs devaient partir dimanche matin, mais ils n'ont pas voulu le faire parce qu'il y avait un problème de prime. Jusqu'à hier (samedi), le gouvernement leur avait proposé 50 millions (de Francs CFA, soit 76 000 euros) de prime de participation, mais ils en voulaient plus", a expliqué un responsable de la fédération à l’AFP.

Un épisode déjà vécu en 2002

La question des primes a souvent créé des tensions au sein de l'équipe camerounaise lors des compétitions internationales. Avant la Coupe du monde de 2002 en Corée du Sud et au Japon, les joueurs camerounais avaient ainsi retardé d'une semaine leur départ. Ils s'étaient retranchés dans un hôtel près de Roissy, en France, afin de récupérer l'argent promis.

Pour protester contre le montant de ces primes, qu'ils jugent trop peu élevées, les joueurs ont fait la grève de l’entraînement. Espérant avoir gain de cause, ils avaient interrompu le mouvement le 23 mai pour préparer un match amical contre l’Allemagne, disputé le 1er juin (2-2). Mais la crise semble avoir atteint son paroxysme samedi soir à Yaoundé, suite à une rencontre avec la Moldavie. À la fin du match, selon le site internet de "L’Équipe", les joueurs ont boycotté la levée des couleurs nationale en présence du Premier ministre. Le drapeau du Cameroun, traditionnellement remis aux joueurs partant en compétition internationale, a donc été remis au staff technique du sélectionneur Volker Finke, de nationalité allemande.

Dimanche dans la journée, un accord a donc finalement été trouvé : Samuel Eto’o et ses coéquipiers ont embarqué pour Rio de Janeiro. Ils sont finalement arrivés au Brésil lundi matin avec près de 24 heures de retard sur leur programme initial. Les Lions indomptables, dans le groupe A, affronteront le Mexique le 13 juin, la Croatie le 18 et le Brésil le 23 juin.

Avec AFP

Première publication : 09/06/2014

  • FOOTBALL

    Vidéo : Samuel Eto’o tacle le "guignol" Mourinho

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Samuel Eto'o : "J'aurais pu être Ballon d'Or"

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2014

    Les Bleus : "Les voyants sont au vert, mais il ne faut pas s'enflammer"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)