Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 09/06/2014

Les révélations de Juan Reinaldo Sanchez, ancien garde du corps de Fidel Castro

Le lieutenant-colonel Juan Reinaldo Sanchez a été le garde du corps personnel de Fidel Castro pendant 17 ans. Il a ainsi vécu auprès du leader cubain, avant de rompre avec le régime et de fuir en Floride en 2008. Dans le livre "La vie cachée de Fidel Castro", co-écrit avec Axel Gylden, il lève le voile sur un "Lider Maximo" inconnu du grand public et nous parle de sa vie privée, de sa fortune et des secrets d'État.

Qui est vraiment Fidel Castro ? Qui se cache derrière les multiples masques du chef de guerre charismatique, autocrate paranoïaque, diplomate machiavélique, orateur admiré des intellectuels européens, insatiable Don Juan ou encore nabab aux goûts de luxe? Personne, jusque-là,  n’avait osé révéler la vie privée et secrète du mythique personnage. Dans "La vie cachée de Fidel Castro", la journaliste Awel Gylden a recueilli le témoignage de Juan Reinaldo Sanchez, chargé de la protection personnelle de Fidel Castro pendant 17 ans, avant de tomber en disgrâce. Après avoir été l’ombre de Castro, Sanchez a connu les  geôles cubaines, la torture, l’exil en Floride et la clandestinité.

 
Fidèle parmi les fidèles  du "Lider Maximo", Sanchez aurait pourtant donné sa vie pour lui. "Avant 1994, pour moi, Fidel était un dieu. J’aurais été prêt à payer le prix de ma vie pour cet homme-là". Mais en 1994, il surprend une conversion censée restée privée entre Castro et son ministre de l’Intérieur. Il  découvre alors que son patron est capable de tout sacrifier à son pouvoir, même ses proches, même ses convictions, et il déchante. "J’ai découvert qu’il était derrière le trafic de drogue à Cuba. Le ciel m’est tombé sur la tête. L’opinion que j’avais de lui, les justificatifs que je trouvais à ses excès personnels, tout ça a été remis en cause", raconte le garde du corps à FRANCE 24.
 
De fait, tout était caché autour de Castro, du village fantôme où s’entraînent les guérilleros jusqu’à sa fortune colossale – immense parc immobilier, île paradisiaque ignorée des Cubains et mainmise sur l’argent public – en passant par ses relations avec sa famille. Juan Reinaldo Sanchez voit de ses yeux le "lider" passer de maîtresse en maîtresse et essaimer derrière lui neuf enfants de cinq unions différentes. Sanchez, qui a pris des notes détaillées des faits et gestes du chef d’État pendant toutes les années de son service, énumère une partie de la liste extravagante de ses biens: quatre yachts, plusieurs bateaux de pêche, un équipage de cent marins à sa disposition, un héliport, un hôpital privé, un terrain de chasse, plusieurs terrains de basket et une vingtaine de propriétés de luxe.
 
"Fidel a toujours affirmé vivre modestement. Mais en fait il avait une vingtaine de maisons à Cuba. Il y avait un contraste entre la vie de Fidel Castro telle qu’il la présentait au public et sa vie privée. Il a toujours critiqué le capitalisme mais en fait il a profité du capitalisme", poursuit Sanchez, qui ne compte plus les paradoxes d’un homme dont il reconnaît l’intelligence politique,  l’incroyable charisme mais surtout le don de "manipulateur". Sanchez  espère désormais que son témoignage pourra déchirer le voile qui protège, depuis trop longtemps, le dictateur cubain : "Je suis sûr que les gens changeront d’avis sur Fidel Castro et leur regard sur Cuba en lisant ce livre".

 

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/09/2016 Environnement

Ségolène Royal veut "une ratification de l’accord de Paris avant novembre"

À l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU qui se tient cette semaine à New York, plusieurs pays ont ratifié l’accord sur le climat conclu à Paris en décembre 2015. Le texte...

En savoir plus

17/09/2016 Ingrid Betancourt

Ingrid Betancourt : "Les Farc ne seront jamais des citoyens comme les autres"

Après quatre ans de négociation, un accord de paix a été conclu le 24 août entre le gouvernement colombien et la guérilla des Farc. Cet accord, qui doit être signé le 26...

En savoir plus

11/09/2016 Littérature

Salman Rushdie : "Je méprise le burkini, mais il ne regarde pas la police"

À l'occasion de la sortie de son nouveau roman, "Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits", l'écrivain britannique Salman Rushdie évoque, sur France 24, sa vision du monde...

En savoir plus

09/09/2016 Irak

Barzani : "L'armée irakienne et les peshmergas coordonneront leur action militaire à Mossoul"

Dans un entretien accordé à France 24, le président du gouvernement régional du Kurdistan irakien Massoud Barzani souligne que la reprise de Mossoul se ferait en coordination...

En savoir plus

03/09/2016 Fondation de l'islam de France

Tahar Ben Jelloun : "Le jihadisme fait un mal énorme aux musulmans"

Notre invité, Tahar Ben Jelloun, vient de publier "Le terrorisme expliqué à nos enfants" (Seuil). L’écrivain marocain, qui est entré au conseil d'administration de la Fondation...

En savoir plus