Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France : le dialogue social est-il en panne ?

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : Berlin lâche du lest

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les mille et une vies de Daniel Russo

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : la police dans la ligne de mire des Taliban

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le cognac, la liqueur des dieux

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jihadi John", le bourreau britannique de l'EI, démasqué

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 10/06/2014

"Permis de rêver... ou pas"

© France 24

Presse internationale, Mardi 10 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, l’attaque des Taliban contre l’aéroport de Karachi, l’histoire d’un bataillon de la Séléka oublié dans l’ancien palais de Bokassa, en Centrafrique, et la coupe du monde de foot.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
On commence cette revue de presse internationale au Pakistan, où les Taliban ont revendiqué, hier, l’attaque contre l'aéroport international de Karachi.
 
Cette attaque qui a fait 28 morts dont 10 assaillants, selon les autorités pakistanaises, fait la Une ce matin du Wall Street Journal, qui parle d’un coup d’arrêt porté aux négociations entre le gouvernement et le Tehrik-e-Taliban Pakistan, le mouvement des Taliban du Pakistan.
 
Pour Dawn, ce qui vient de se produire démontre la facilité des Taliban à atteindre leurs cibles, et l’incapacité des forces de l’ordre et des services de renseignement pakistanais à éviter la menace. «Voici ce qui va se passer maintenant: des responsables vont former un comité chargé de mener une enquête, puis de rédiger un rapport, dont on n’entendra plus parler. Pendant quelques jours, les sites sensibles seront placés en alerte rouge, jusqu’à ce que le souvenir de cette attaque s’estompe, jusqu’à ce que le laxisme et la paresse reprennent leurs droits».
 
Une lassitude qu’on retrouve du côté du journal The Nation, qui critique les négociations entamées par le gouvernement. «S’il en était encore besoin, cette nouvelle attaque démontre, une fois de plus, que discuter avec le TTP ne sert à rien, et qu’il faut, au contraire, le poursuivre avec plus de force».
 
Un constat assez semblable avec celui qu’on trouve du côté du NYT, qui évoque une obsession de l’ennemi indien, qui détourne les militaires du combat contre les Taliban. L’armée est accusée de jouer un double jeu, de prendre l’aide qui est offerte par les Etats-Unis, tout en soutenant et en exploitant les taliban, utilisés pour déstabiliser et l’Inde et l’Afghanistan.
 
En Centrafrique, les habitants de Bangui étaient invités à rendre leurs armes, ce week-end. Une opération au bilan mitigé. Dans le reportage que la Croix consacre à 850 soldats chrétiens de la Séléka, cantonnés depuis plus d’un an dans l’ancien palais de Bokassa à Berengo, au sud de Bangui, l’espoir a disparu. Ce bataillon, qui avait participé à la marche victorieuse de la Séléka, attend toujours son intégration dans l’armée centrafricaine, promise au moment de la prise de Bangui, en mars 2013. «L’opération Sangaris, en décembre 2013, a tout arrêté », explique la Croix. Oubliés de tous, ces soldats se débrouillent pour vivre: «On crève de faim, on n’a rien». Ils n’osent même plus rentrer chez eux, de peur d’être tués par les anti-balaka.
 
On termine avec la Coupe du monde de foot au Brésil. Deux jours avant le coup d’envoi, les fans trépignent, mais le Brésil doute, rapporte The NYT. Le pays est en pleine ébullition sociale, notamment à Sao Paulo, où les employés du métro ont lancé puis suspendu la grève.
 
Dans un édito optimiste, A Folha de Sao Paulo assure que tout va bien se passer: «Nous (les Brésiliens) devons compter sur notre sens de l’improvisation, sur notre capacité à trouver des solutions là où tout paraissait insoluble. N’est-ce-pas ce que nous demandons à notre Seleçao?».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/02/2015 Organisation de l'État islamique

"Jihadi John", le bourreau britannique de l'EI, démasqué

Au menu de cette revue de presse internationale, présentée par Sandrine Gomes, l'identité du mystérieux Jihadi John, le bourreau de l'organisation de l’Etat islamique, révélée...

En savoir plus

27/02/2015 Immobilier

Aux origines de Boko Haram

Au menu de cette revue de presse française : la baisse de l'immobilier constatée à Paris, mais aussi le nouveau délai accordé par l'Union européenne à la France pour atteindre...

En savoir plus

26/02/2015 Revue de presse internationale

"Quand la répression est tout ce qu'il reste"

Presse internationale, jeudi 26 février 2015. Au menu de cette revue de presse, la répression des manifestations anti-Maduro au Venezuela, où un manifestant de 14 ans a été...

En savoir plus

26/02/2015 Revue de presse française

""Shoresh" vs. "Djihad""

Presse française, jeudi 26 février 2015. Au menu de cette revue de presse, l’hécatombe liée à l’épidémie de grippe hivernale, deux fausses bonnes nouvelles, la visite de...

En savoir plus

25/02/2015 Revue de presse internationale

"En 2022, Mondial à Noël"

Presse internationale, mercredi 25 février 2015. Au menu de cette revue de presse, l’enlèvement de 90 chrétiens en Syrie par l’organisation de l’Etat islamique, l’envoi de...

En savoir plus