Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 10/06/2014

"Permis de rêver... ou pas"

© France 24

Presse internationale, Mardi 10 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, l’attaque des Taliban contre l’aéroport de Karachi, l’histoire d’un bataillon de la Séléka oublié dans l’ancien palais de Bokassa, en Centrafrique, et la coupe du monde de foot.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
On commence cette revue de presse internationale au Pakistan, où les Taliban ont revendiqué, hier, l’attaque contre l'aéroport international de Karachi.
 
Cette attaque qui a fait 28 morts dont 10 assaillants, selon les autorités pakistanaises, fait la Une ce matin du Wall Street Journal, qui parle d’un coup d’arrêt porté aux négociations entre le gouvernement et le Tehrik-e-Taliban Pakistan, le mouvement des Taliban du Pakistan.
 
Pour Dawn, ce qui vient de se produire démontre la facilité des Taliban à atteindre leurs cibles, et l’incapacité des forces de l’ordre et des services de renseignement pakistanais à éviter la menace. «Voici ce qui va se passer maintenant: des responsables vont former un comité chargé de mener une enquête, puis de rédiger un rapport, dont on n’entendra plus parler. Pendant quelques jours, les sites sensibles seront placés en alerte rouge, jusqu’à ce que le souvenir de cette attaque s’estompe, jusqu’à ce que le laxisme et la paresse reprennent leurs droits».
 
Une lassitude qu’on retrouve du côté du journal The Nation, qui critique les négociations entamées par le gouvernement. «S’il en était encore besoin, cette nouvelle attaque démontre, une fois de plus, que discuter avec le TTP ne sert à rien, et qu’il faut, au contraire, le poursuivre avec plus de force».
 
Un constat assez semblable avec celui qu’on trouve du côté du NYT, qui évoque une obsession de l’ennemi indien, qui détourne les militaires du combat contre les Taliban. L’armée est accusée de jouer un double jeu, de prendre l’aide qui est offerte par les Etats-Unis, tout en soutenant et en exploitant les taliban, utilisés pour déstabiliser et l’Inde et l’Afghanistan.
 
En Centrafrique, les habitants de Bangui étaient invités à rendre leurs armes, ce week-end. Une opération au bilan mitigé. Dans le reportage que la Croix consacre à 850 soldats chrétiens de la Séléka, cantonnés depuis plus d’un an dans l’ancien palais de Bokassa à Berengo, au sud de Bangui, l’espoir a disparu. Ce bataillon, qui avait participé à la marche victorieuse de la Séléka, attend toujours son intégration dans l’armée centrafricaine, promise au moment de la prise de Bangui, en mars 2013. «L’opération Sangaris, en décembre 2013, a tout arrêté », explique la Croix. Oubliés de tous, ces soldats se débrouillent pour vivre: «On crève de faim, on n’a rien». Ils n’osent même plus rentrer chez eux, de peur d’être tués par les anti-balaka.
 
On termine avec la Coupe du monde de foot au Brésil. Deux jours avant le coup d’envoi, les fans trépignent, mais le Brésil doute, rapporte The NYT. Le pays est en pleine ébullition sociale, notamment à Sao Paulo, où les employés du métro ont lancé puis suspendu la grève.
 
Dans un édito optimiste, A Folha de Sao Paulo assure que tout va bien se passer: «Nous (les Brésiliens) devons compter sur notre sens de l’improvisation, sur notre capacité à trouver des solutions là où tout paraissait insoluble. N’est-ce-pas ce que nous demandons à notre Seleçao?».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/08/2014 Virus Ebola

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

Au menu de cette revue de presse internationale proposé par Sandrine Gomes, James Foley, le symbole d'un journalisme freelance de plus en plus exposé et précaire, la riposte...

En savoir plus

22/08/2014 Jihad

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

Au menu de cette revue de presse des journaux français proposée par Sandrine Gomes, la stratégie de Cécile Duflot qui tente d'incarner l'opposition de gauche anti-Hollande, la...

En savoir plus

21/08/2014 Jihad

"Barbarie"

Presse internationale, jeudi 21 août 2014. Au menu de cette revue de presse, l'assassinat de James Foley par les jihadistes de l'organisation de l'État islamique (EIIL).

En savoir plus

21/08/2014 L'État islamique en Irak et au Levant

"La constance, c'est la confiance"

Presse française, jeudi 21 août 2014. Au menu de cette revue de presse, les commentaires sur l'entretien accordé par François Hollande au quotidien "Le Monde", la candidature...

En savoir plus

20/08/2014 Manuel Valls

"L'écureuil et le serpent"

Presse française, mercredi 20 août 2014. Au menu de cette revue de presse, le conseil des ministres de la rentrée, des chiffres pour les frondeurs, la crise, le travail et les...

En savoir plus