Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

Economie

E3 : les figurines Amiibo à la rescousse de la Wii U de Nintendo

© Nintendo - Reggie Fils-Aime, président de Nintendo of America avec une figurine Amiibo

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 10/06/2014

Nintendo, dont la console Wii U peine à se vendre, a révélé, mardi, le lancement des Amiibo, des figurines qui peuvent être connectées à certains jeux. Une manière d’essayer de réitérer le succès des Skylanders d’Activision.

De notre envoyé spécial à Los Angeles

Elles mesurent quelques centimètres, mais Nintendo espère qu’elles pourront changer la donne pour sa console Wii U. Le constructeur japonais a dévoilé, lors d’une présentation à l’E3 de Los Angeles mardi 10 juin, les Amiibo, des petites figurines connectées censées “changer l’expérience de jeu” et, si possible, attirer un nouveau public vers la Wii U.

Il y a pour l’instant 12 Amiibo, tous issus de l’univers Nintendo. Outre l’inévitable Mario, les joueurs pourront acheter, pour un prix encore indéterminé, des figurines représentant Donkey Kong, Yoshi ou encore Link. Il suffira de toucher le gamepad de la Wii U avec un Amiibo pour qu’il apparaisse dans un titre compatible. Actuellement seul Super Mario Smash Bros., le jeu de baston mettant en scène tous les personnages de la galaxie Nintendo, pourra être utilisé avec ces figurines lorsqu’il sera mis en vente cet hiver. Mais le père de la Wii U entend bien mettre des Amiibo partout.

Plus un joueur utilisera sa figurine, plus son alter-ego pixelisé gagnera en puissance et pourra développer des capacités spéciales. Nintendo espère ainsi que l’utilisateur développera une “relation spéciale” avec son (ou ses) Amiibo. C’est touchant, mais est-ce suffisant pour relancer la carrière de la Wii U, dont les ventes peinent à dépasser les 6,5 millions de consoles ?

Occasion manquée

En fait, Nintendo prend le train des figurines connectées avec pas mal de retard. Le géant américain Activision s’est lancé sur le créneau en 2011 avec les Skylanders. Deux ans plus tard, Disney s’y aventurait à son tour avec la franchise Disney Infinity. Deux expériences qui se sont soldées par d'immenses succès commerciaux. Activision a pu récolter plus de 2 milliards de dollars grâce à ses figurines, alors que les ventes de personnages Disney Infinity ont fait exploser de 600 % les profits de la branche digitale du créateur de Mickey.

Nintendo n'a pas annoncé que les Amiibo à l'E3. Le groupe japonais a également évoqué un nouveau jeu Zelda ou encore Mario Maker, qui permet aux joueurs de créer eux-mêmes des niveaux entiers pour des jeux Mario.

Ces chiffres ont dû faire tourner pas mal de têtes au siège de Nintendo. D’autant que cette nouvelle mode des figurines connectées fait des ravages chez les plus jeunes, coeur de cible traditionnel du constructeur japonais. Nintendo a dû ressentir une frustration d’autant plus grande de voir le phénomène lui échapper que le créateur des Skylanders - la société Toys for Bob - lui avait proposé au départ le jeu en exclusivité. Nintendo avait alors fait la fine bouche.

La Wii U aurait donc pu avoir les Skylanders, l’argent des Skylanders et le sourire de la crémière. “Je me demande si cette erreur ne va pas les hanter jusqu’à la fin de leur vie”, a expliqué en janvier 2014 Paul Reiche, l’un des créateurs de la juteuse franchise, au site spécialisé en jeu vidéo Polygon. Il ne comprend d’ailleurs pas les raisons qui ont poussé Nintendo à ne pas accepter la venue des Skylanders sur sa console. “Ils ont simplement dit ‘on n’a jamais rien vu de pareil’”, assure Paul Reiche.

Trois ans plus tard, le géant japonais a dû se résoudre à l’évidence et sortir, avec les Amiibo, sa propre version des Skylanders. Reste maintenant à Nintendo de prouver que sa dernière trouvaille ne sera pas seulement une pâle copie de l’original.

Première publication : 10/06/2014

  • JEUX VIDÉO

    E3 : Microsoft, Sony et Cie dévoilent leur jeu

    En savoir plus

  • JEUX VIDéO

    E3 : le salon des jeux vidéo en chiffres

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Salon de l’E3 : des jeux et des enjeux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)