Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Economie

E3 : Microsoft, Sony et Cie dévoilent leur jeu

© FRANCE 24 - Little Big Planet 3, l'un des nouveaux jeux présentés par Sony

Texte par Sébastian SEIBT , envoyé spécial à Los Angeles

Dernière modification : 18/11/2014

Les grands noms du jeu vidéo ont présenté, lundi, leurs nouveautés lors du salon de l’E3. Une occasion pour Microsoft, Sony, Electronic Arts et Ubisoft de marquer leurs différences par rapport aux concurrents. Décryptage.


Des nouveaux jeux à gogo annoncés lors de shows à l’américaine. Voilà le principe de la journée des conférences des acteurs du jeu vidéo, lundi 9 juin, au salon de l’E3 (Electronic Entertainment Expo) à Los Angeles.

Du grand spectacle, rien que du grand spectacle ? Pas seulement, car ces présentations suivent à la lettre une partition très précise permettant à chacun des éditeurs de délivrer un message aux autres acteurs du secteur. Pour les Sony, Microsoft, Electronic Arts et Ubisoft, cette journée permet d’afficher sa spécificité dans un marché toujours plus concurrentiel. Décryptage.

Sony : exclusivités, vous avez dit exclusivités ? Les dirigeants de Sony n’avaient que ce mot à la bouche. Des jeux exclusifs par-ci, des contenus exclusifs par-là... le constructeur japonais a tout fait pour mettre en avant les jeux qui n’existeront que sur sa PlaystatIon, comme "Uncharted 4" ou "The Order : 1886". Le message est clair : messieurs et mesdames les consommateurs, si vous voulez goûter à ces plaisirs vidéoludiques, mieux vaut ne pas se tromper de console en passant à la caisse.

Little Big Planet 3

Mais il n’y a pas que les jeux qui peuvent être exclusifs, il y a aussi le contenu additionnel. C’est-à-dire que pour un titre donné, également présent sur d'autres supports, la PS4 offrira une mission, une arme ou des personnages inédits. Les responsables de Sony ont même poussé le bouchon de l’exclusivité sur console jusqu’aux accès anticipés à certains jeux. Ainsi, les possesseurs d'une PS4 pourront tester le très attendu "Battlefield : Hardline" en version bêta, c’est-à-dire avant sa sortie commerciale. Reste à savoir si à trop vouloir mettre de l’exclusif à toutes les sauces, le terme ne risque pas de perdre un peu de sa saveur aux yeux des joueurs.

Microsoft : Kinect y es-tu ? Un silence qui en dit long. Les responsables de Microsoft n’ont à aucun moment de leur présentation évoqué le Kinect, le célèbre capteur de mouvement et de voix introduit à l’époque de la Xbox 360 et dont la version améliorée devait être la principale originalité de la Xbox One, par rapport à ses concurrents.

Un montage des principaux jeux présentés par Microsoft

Sauf que depuis mai dernier, la console de Microsoft peut être achetée sans le Kinect, ce qui était impossible auparavant. L’E3 2014 enfonce donc le clou : le capteur est relegué au rang d’accessoire de luxe, dont le constructeur ne semble plus très bien savoir quoi faire.

Pourquoi ce virage à 180 degrés ? Parce que la PS4 se vend tout de même mieux que la Xbox One, ce qui tend à prouver que les joueurs ne ressentent pas un besoin vital de communiquer avec leur console par la voix ou le corps.

Et c’est bien de cela qu’il s’agit cette fois-ci pour Microsoft : reconquérir le cœur des joueurs. Le groupe américain a donc fait une présentation 100 % jeu. Il y en a pour tous les goûts : de l’action, des jeux de course, de l’aventure et des jeux indépendants inclassables. Pas sûr, cependant, que ce nouveau discours suffise à convaincre les mordus de la manette.

Electronic Arts : du neuf dans du vieux. Electronic Arts (EA) a de la suite dans les idées et de l’idée dans les suites. L’éditeur américain aime, en effet, les chiffres : "Mass Effect 4", "Les Sims 4", "Mirror Edge 2", "FIFA 15", etc. Même "Battlefield : Hardline" et "Star Wars : Battlefront" sont de nouvelles étapes dans l’histoire de franchises vieilles de plus de 10 ans.

Star Wars : Battlefront

Le deuxième éditeur au monde, derrière Activision, incarne comme nul autre et avec un succès économique évident cet attachement aux vieux pots qui font les meilleures confitures. Mais il reste toutefois conscient qu’à trop faire des suites, les joueurs risquent de décrocher.

EA a donc annoncé deux titres 100 % pures nouveautés. Mais là encore, l’éditeur minimise les risques. "Evolve" est, en effet, un jeu de tir futuriste - un genre très populaire - dont la principale originalité est qu’il est possible d’incarner un monstre. Le second est un jeu de course et d’action, qui n’a pas encore de nom, réalisé par le studio Criterion, spécialisé dans les jeux de course et d’action ("Burnout").

Ubisoft : du neuf et du vieux. Les jeux mis le plus en valeur cette année à l'E3 par  Ubisoft ? "Assassin’s Creed V", "Far Cry 4" et "Rainbow Six : under siege". Autant de suites de titres à succès. L’éditeur français sait que ce sont les grandes licences qui remplissent le tiroir-caisse.

Mais pas question, pour autant, de marcher uniquement dans les pas d’Activision et d’Electronic Arts. Ubisoft aimerait que les joueurs le prennent pour un éditeur qui sait prendre des risques.

C’est pourquoi la majorité des nouveautés annoncées à l’E3 cette année sont des jeux originaux, qui explorent des genres très variés. Avec "The Crew", l’éditeur se lance pour la première fois dans l’univers des jeux de course. "The Division" est, lui, un jeu de tir post-apocalyptique, tandis que "Shape Up" veut rendre les exercices de fitness amusants.

Shape Up

Une diversité bienvenue, mais qui correspond également à une stratégie d’outsider en embuscade. Le groupe français sait qu’une partie des joueurs reprochent à Activision et à EA de ressasser à l’infini les mêmes jeux en y ajoutant de-ci, de-là quelques ingrédients nouveaux. En multipliant les incursions en territoire vidéoludique inconnu, Ubisoft espère s’attirer les bonnes grâces des déçus des deux mastodontes américains. Nul doute, cependant, que si ces nouveautés rencontrent le succès escompté, Ubisoft ne se privera pas d’en faire autant de suites que nécessaire.

Première publication : 10/06/2014

  • JEUX VIDéO

    Opération séduction des géants du jeu vidéo à l'E3

    En savoir plus

  • JEUX VIDéO

    E3 : le salon des jeux vidéo en chiffres

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Salon de l’E3 : des jeux et des enjeux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)