Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Afrique

Au moins 20 femmes enlevées dans le nord-est du Nigeria

© AFP archives

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/06/2014

Au moins vingt femmes ont été enlevées, samedi, dans un village peul du nord-est du Nigeria à quelques kilomètres de Chibok, où 200 lycéennes avaient été kidnappées par Boko Haram le 14 avril.

Alors que les sommets internationaux sur la sécurité au Nigeria se multiplient, que la planète s’émeut et que #bringbackourgirls a interpellé jusque dans la Maison Blanche, la situation ne s’améliore pas dans le nord du pays, où au moins vingt jeunes femmes ont été enlevées, samedi 7 juin. Le rapt n’a pas été revendiqué mais Boko Haram, auteur des enlèvements massifs de Chibok, est soupçonné.

Ces rapts se sont produits dans une communauté peule, dans le village de Garkin et ses alentours, à 8 km de Chibok, dans l'État de Borno, où près de 200 lycéennes avaient été enlevées mi-avril. "Des hommes armées sont arrivés un peu avant midi et se sont emparés de 20 femmes, et de trois jeunes hommes qui surveillaient le village", a indiqué Alhaji Tar, membre d'une milice d'auto-défense locale. "Tous les hommes étaient partis dans les champs pour faire paître leurs troupeaux quand les ravisseurs sont arrivés", a-t-il ajouté.

Les informations varient sur le nombre de femmes enlevées dans ce campement de nomades peuls, une ethnie majoritairement musulmane. Un responsable local de l'Association d'éleveurs de troupeaux Miyetti Allah du Nigeria a déclaré que 40 jeunes mères avaient été emportées dans des véhicules vers une destination inconnue. Une source au sein de la Commission nationale des droits de l'Homme a, lui, précisé que les femmes étaient âgées de 15 à 30 ans.

Des filles contre du bétail

Selon le responsable local, des enlèvements ont déjà eu lieu dans cette région contre des rançons mais les habitants ont trop peur d'en parler par crainte de représailles du groupe islamiste armé Boko Haram, qui poursuit depuis cinq ans une insurrection sanglante dans la région.

"Ce n'est pas la première fois que des femmes sont enlevées dans cette région et sont relâchées uniquement quand nous payons la rançon en bétail aux ravisseurs", a-t-il poursuivi. "Ils arrivent et font du porte-à-porte, faisant sortir les femmes et sélectionnant des femmes jeunes, puis ils les emmènent dans leurs véhicules et réclament entre 30 et 40 vaches pour leur libération", a-t-il expliqué. Les villageois paient la rançon mais n'informent pas les autorités, selon lui.

Un responsable du gouvernement de l'État de Borno a indiqué, sous couvert de l'anonymat, que les autorités étaient au courant de l'enlèvement de samedi mais a nié avoir connaissance de précédents enlèvements. "C'est la première fois que nous entendons parler d'enlèvement de femmes peules et nous cherchons à connaître les circonstances de cet enlèvement afin de décider des actions à entreprendre", a-t-il déclaré.

L’État du Borno sous surveillance de l’armée

Depuis l'enlèvement des lycéennes le 14 avril, Boko Haram a intensifié ses actions, particulièrement dans l'État de Borno, où l'organisation a attaqué au moins quatre villages la semaine dernière, faisant des centaines de morts. Mardi, la police a fermé trois des principaux marchés d'Abuja, à la suite d'une alerte selon laquelle ils seraient menacés par une attaque de Boko Haram.

Une gare routière de la banlieue de la capitale a été frappée deux fois, en avril et en mai, par des attentats qui ont tué près de 100 personnes et 118 personnes ont péri le 20 mai dans un attentat dans un marché très animé de Jos.

L'armée nigériane, qui avait annoncé connaître l'endroit où se trouvaient les lycéennes enlevées, a affirmé lundi avoir empêché d'"énormes" attaques de villages dans les États de Borno et Adamawa, tous deux dans le nord-est, le week-end dernier.

Avec AFP 

 

Première publication : 10/06/2014

  • NIGERIA

    L'armée nigériane affirme avoir localisé les lycéennes enlevées par Boko Haram

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Cartes : Boko Haram et la poudrière nigériane

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Abubakar Shekau, l'"imam fanatique" à la tête de Boko Haram

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)