Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 12/06/2014

"Samba triste"

© France 24

Presse française, Jeudi 12 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, l’ouverture de la Coupe du monde de football au Brésil, dans un climat social tendu.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
La presse française revient largement ce matin sur  l’ouverture de la Coupe du monde, qui débute ce soir avec le match Brésil/Croatie.
 
Pour les inconditionnels du ballon rond, l’heure est à la «fête» - une liesse annoncée à la Une de la Croix, qui rappelle «l’immense popularité» de ce sport qui «se pratique avec la même passion sous toutes les latitudes»: «le football fait vibrer trop de personnes pour que l’on se désintéresse totalement de l’événement».
 
Des favelas de Rio aux foyers français, la planète s’apprête à vivre jusqu’au 13 juillet au rythme du football. Ce Mondial s’annonce «très chaud!», s’exclame le Parisien, qui rappelle que la compétition «s’ouvre dans un climat social très tendu».
 
Ouvriers morts sur les chantiers, stades trop chers, coûts d’organisation exorbitants dans un pays où les inégalités explosent: Libération évoque une «samba triste», un titre que le journal emprunte à une ballade du chanteur brésilien  Baden Powell. «La fièvre du football éclipsera-t-elle la fièvre sociale?» s’interroge Libé, qui espère que «l’enthousiasme de la planète entière et d’un peuple brésilien qui voue toujours un culte au football emportera les images de crise qui secouent le pays».
 
 «Passion, rébellion, communion», l’Humanité raconte comment au Brésil, «tout revient vers le ballon», en racontant la belle histoire du club mythique de Sao Paulo, le club du Corinthians emmené par le non moins mythique Socrates, disparu en 2011. Lui et son équipe s’étaient illustrés en 1982, alors que le Brésil était encore une dictature, en portant des maillots appelant leurs compatriotes à aller voter pour l’élection du gouverneur de Sao Paulo, la première élection démocratique depuis le coup d’Etat de 1964, puis en entrant sur la pelouse, quelques mois plus tard, en portant cette banderole: «Gagner ou perdre, mais toujours en démocratie». L’équipe devint le symbole d’un mouvement démocratique qui prit de l’ampleur, et finit par emporter la dictature en 1985.
 
Brésil, football et ébullition sociale, l’occasion, peut-être, de bousculer un certain nombre d’idées reçues. Interrogé par le Figaro, le sociologue Michel Maffesoli expique que les conflits sociaux qui agitent le pays témoignent aussi «d’une forme de vitalisme culturel»: «Ils sont le signe, dit-il, d’une crise de croissance plus que celui de la décomposition amorphe que l’on peut voir dans nos pays européens».
 
Pour l’écrivain Sébastien Lapaque, il faut en finir avec le cliché du «football, religion brésilienne». Selon lui, une grande partie des classes moyennes et supérieures est «exaspérée» de voir le pouvoir se livrer à «une politique populiste des jeux». «Une grande partie de la population a beau aimer le football, écrit-il, un certain état de maturité politique fait aujourd’hui des Brésiliens un peuple libre qui ne supporte pas qu’on offense sa dignité». A lire aussi dans le Figaro.
 
Les Brésiliens célèbrent aussi aujourd’hui la fête des amoureux. Slate nous apprend que les amoureux ne sont pas célébrés au Brésil sous le patronage de Saint-Valentin, le 14 février, mais sous celui de Saint-Antoine de Padoue, aujourd’hui.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus