Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le G20 presse le Royaume-Uni de lancer ses négociations commerciales avec l'UE

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nice, l'indécente polémique"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 12/06/2014

"Obama, de la précipitation à l'indécision"

© France 24

Presse internationale, Jeudi 12 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, l’offensive fulgurante des djihadistes en Irak, où ils menacent désormais Bagdad, et l’ouverture de la Coupe du monde de foot au Brésil.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
On commence cette revue de presse en Irak, où les djihadistes continuent leur progression, après la prise de Mossoul, il y a deux jours.
 
Leur offensive fulgurante les mène droit sur Bagdad. En route, les djihadistes de l’EIIL viennent de prendre Tikrit, à 160 km au nord de la capitale. L’Irak est en décomposition. «Est-ce la fin du rêve américain?» s’interroge The Independent, en évoquant le possible renversement du pouvoir actuel. «Les forces gouvernementales se désintègrent, sans même résister», rapporte le journal, qui évoque la naissance d’un «califat sunnite» dans le nord et l’ouest du pays.
 
«Ce n’est pas ce pour quoi moi et mes amis nous sommes battus, ce n’est pas ce pour quoi ils sont morts» - voilà ce qu’écrit John Nagl, un vétéran américain des deux guerres en Irak, dans les colonnes du Washington Post. L’officier dénonce l’impatience des Etats-Unis, qui ont finalement renoncé à fournir une assistance de long terme à l’armée irakienne, mais aussi leur manque d’engagement auprès des rebelles syriens à l’été 2012, ce qui a finalement laissé le champ libre à Al Qaida. «Nous payons aujourd’hui le prix de notre précipitation en Irak, et de notre indécision en Syrie».
 
Des critiques qu’on retrouve du côté du Wall Street Journal, qui dénonce l’attitude de l’Administration Obama. Le journal parle d’un «désastre stratégique» résultant directement de la décision du président américain de retirer ses troupes d’Irak et critique aussi l’attitude du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, et la façon dont il n’a rien fait ou presque pour «rassurer» la minorité sunnite. «Mais s’imaginer qu’un gouvernement à coloration plus sunnite aurait suffit à empêcher la débâcle de Mossoul, est une illusion», relève le journal.
 
Plus sévère à l’égard de Nouri Al Maliki, le quotidien panarabe basé à Londres Asharq Al Awsat fustige son «arrogance» et son «insolence»: «Maliki a abandonné les tribus sunnites qui luttaient contre Al Qaida», «ses appels à l’unité nationale pour lutter contre le terrorisme sont arrivés trop tard»: «ils ne son plus crédibles».
 
Au Brésil, l’heure est au coup d’envoi de la Coupe du monde de foot. «Prêt ou non, le temps est venu pour le Brésil de montrer au monde ce qu’il sait faire» : The Guardian évoque une Coupe du monde qui peut réserver le meilleur comme le pire, un tournoi qui s’annonce comme le plus grand, le plus cher et le plus controversé de l’histoire de cette compétition.
 
The  Wall Street Journal pose cette question: «Comment se fait-il que le Brésil ne soit pas plus enthousiaste?». Le journal évoque un pays où l’excitation habituelle autour du foot a laissé place à une certaine morosité.
 
«Oui, le match va commencer, confirme The Independent, mais à quel prix?». Le journal annonce un surcoût de plus de 8,5 milliards d’euros, et explique que la protestation des Brésiliens est le signe que quelque chose a changé, le signe que l’injustice, finalement, n’est plus vécue comme une fatalité.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/07/2016 Revue de presse internationale

"L'important, c'est de participer"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 25 juillet, le suicide d’un jeune demandeur d’asile syrien, qui s’est fait exploser devant un restaurant de Bavière,...

En savoir plus

25/07/2016 Revue de presse française

"Nice, l'indécente polémique"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 25 juillet, la suite de la polémique sur la sécurité à Nice, le soir de l’attentat qui a coûté la vie à 84 personnes, le 14...

En savoir plus

22/07/2016 Revue de presse internationale

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

Au menu de la revue de presse internationale ce vendredi, les réactions de la presse américaine au discours de Donald Trump, officiellement désigné candidat des Républicains à la...

En savoir plus

22/07/2016 Revue de presse française

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

À la une de la presse française ce vendredi, le ministre de l'Intérieur au cœur d'une polémique sur la sécurisation de la Promenade des Anglais le 14 juillet à Nice, la quatrième...

En savoir plus

21/07/2016 Revue de presse internationale

"Donald Trump et Mike Pence, le couple idéal républicain ?"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 21 juillet, l'investiture officielle de Mike Pence comme colistier de Donald Trump, la dérive autoritaire du président turc...

En savoir plus