Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 12/06/2014

"Obama, de la précipitation à l'indécision"

© France 24

Presse internationale, Jeudi 12 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, l’offensive fulgurante des djihadistes en Irak, où ils menacent désormais Bagdad, et l’ouverture de la Coupe du monde de foot au Brésil.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
On commence cette revue de presse en Irak, où les djihadistes continuent leur progression, après la prise de Mossoul, il y a deux jours.
 
Leur offensive fulgurante les mène droit sur Bagdad. En route, les djihadistes de l’EIIL viennent de prendre Tikrit, à 160 km au nord de la capitale. L’Irak est en décomposition. «Est-ce la fin du rêve américain?» s’interroge The Independent, en évoquant le possible renversement du pouvoir actuel. «Les forces gouvernementales se désintègrent, sans même résister», rapporte le journal, qui évoque la naissance d’un «califat sunnite» dans le nord et l’ouest du pays.
 
«Ce n’est pas ce pour quoi moi et mes amis nous sommes battus, ce n’est pas ce pour quoi ils sont morts» - voilà ce qu’écrit John Nagl, un vétéran américain des deux guerres en Irak, dans les colonnes du Washington Post. L’officier dénonce l’impatience des Etats-Unis, qui ont finalement renoncé à fournir une assistance de long terme à l’armée irakienne, mais aussi leur manque d’engagement auprès des rebelles syriens à l’été 2012, ce qui a finalement laissé le champ libre à Al Qaida. «Nous payons aujourd’hui le prix de notre précipitation en Irak, et de notre indécision en Syrie».
 
Des critiques qu’on retrouve du côté du Wall Street Journal, qui dénonce l’attitude de l’Administration Obama. Le journal parle d’un «désastre stratégique» résultant directement de la décision du président américain de retirer ses troupes d’Irak et critique aussi l’attitude du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, et la façon dont il n’a rien fait ou presque pour «rassurer» la minorité sunnite. «Mais s’imaginer qu’un gouvernement à coloration plus sunnite aurait suffit à empêcher la débâcle de Mossoul, est une illusion», relève le journal.
 
Plus sévère à l’égard de Nouri Al Maliki, le quotidien panarabe basé à Londres Asharq Al Awsat fustige son «arrogance» et son «insolence»: «Maliki a abandonné les tribus sunnites qui luttaient contre Al Qaida», «ses appels à l’unité nationale pour lutter contre le terrorisme sont arrivés trop tard»: «ils ne son plus crédibles».
 
Au Brésil, l’heure est au coup d’envoi de la Coupe du monde de foot. «Prêt ou non, le temps est venu pour le Brésil de montrer au monde ce qu’il sait faire» : The Guardian évoque une Coupe du monde qui peut réserver le meilleur comme le pire, un tournoi qui s’annonce comme le plus grand, le plus cher et le plus controversé de l’histoire de cette compétition.
 
The  Wall Street Journal pose cette question: «Comment se fait-il que le Brésil ne soit pas plus enthousiaste?». Le journal évoque un pays où l’excitation habituelle autour du foot a laissé place à une certaine morosité.
 
«Oui, le match va commencer, confirme The Independent, mais à quel prix?». Le journal annonce un surcoût de plus de 8,5 milliards d’euros, et explique que la protestation des Brésiliens est le signe que quelque chose a changé, le signe que l’injustice, finalement, n’est plus vécue comme une fatalité.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/06/2016 Brexit

Brexit : "See EU Later !"

"Out !" Les Britanniques ont voté pour la sortie de leur pays de l'Union européenne et, sans surprise, c'est le Brexit qui occupe la presse internationale, vendredi 24 juin, au...

En savoir plus

23/06/2016 Revue de presse internationale

"Independence Day ?"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 23 juin, le référendum sur le Brexit vu par la presse britannique, européenne et française.

En savoir plus

23/06/2016 Revue de presse française

"Qui est in ? Qui est out ?"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 23 juin, l’autorisation finalement accordée par le gouvernement aux syndicats de manifester aujourd’hui contre la Loi travail,...

En savoir plus

22/06/2016 Revue de presse internationale

"La reine, Beckham, et le Brexit"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 22 juin, les révélations du Monde sur la façon dont le groupe Lafarge a indirectement contribué au financement du groupe...

En savoir plus

22/06/2016 Revue de presse française

"Un, deux, trois, soleil"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 22 juin, la poursuite du bras de fer entre une partie des syndicats et le gouvernement, qui hésite toujours à interdire les...

En savoir plus