Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Economie

Rachat d'Alstom : Hitachi se joint à Siemens pour une offre commune

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2014

Le japonais Hitachi se serait associé à l'offre commune de Siemens et Mitsubishi Heavy Industries pour racheter les activités énergie de l'entreprise française. Cette proposition ne semble pas séduire l'État français.

Le quotidien nippon "Nikkei" a rapporté que Hitachi pourrait désormais rejoindre Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Siemens pour formuler une offre commune afin de racheter la branche énrgier d'Alstom. Ces informations ont ensuite été confirmées par le groupe japonais qui a affirmé "discuter" de sa participation à cette offre commune.

Siemens et MHI avaient indiqué, mercredi, qu'ils proposeraient au plus tard une offre le 16 juin à Alstom. Toujours selon le quotidien "Nikkei", cette offre s'élèverait à 7,25 milliards d'euros pour acheter les activités de turbines de gaz et à vapeur, précisant que l'activité de distribution et transmission ne serait pas comprise, contrairement à l'offre de l'américain General Electric (GE). Dans ce cadre, MHI s'associerait avec le japonais Hitachi au sein d'une coentreprise créée pour l'occasion où ils détiendraient respectivement 65 % et 35 %.

Le trio entend ainsi contrer l'offre de GE, qui s'élève à 12,35 milliards d'euros. Alstom a par ailleurs jusqu'au 23 juin pour étudier l'offre de l'Américain, qui est loin de satisfaire le gouvernement français, contrairement à l'industriel français qui, pour l'heure, affiche une nette préférence pour General Electric et a mis en garde contre le projet Siemens-MHI, qu'il qualifie de "démantèlement".

L'État souhaite que les offres "s'améliorent"

Pour l'heure, l'État a indiqué n'avoir aucune "préférence pour telle ou telle proposition" et souhaité que celles-ci "s'améliorent", a indiqué jeudi l'Elysée à l'issue d'une réunion destinée à faire le point sur ce dossier. Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg, étaient notamment présents. 

"Nous avons des exigences qui sont l'emploi, le maintien de l'activité en France, l'indépendance énergétique. C'est à cette aune-là que nous regarderons les choses", précise-t-on à l'Élysée. "Notre objectif maintenant c'est de continuer à aider à ce que les propositions s'améliorent pour servir au mieux ces différents objectifs". Une nouvelle réunion dans le même format doit se tenir à l'Elysée "la semaine prochaine".

Avec Reuters
 

Première publication : 12/06/2014

  • INDUSTRIE

    Alstom opte pour General Electric sans tourner le dos à Siemens

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Affaire Alstom : le gouvernement se dote d'un droit de véto

    En savoir plus

  • INDUSTRIE

    Patrick Kron, le PDG "cumulard" d’Alstom

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)