Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

EUROPE

Taksim un an après, ouverture du procès des organisateurs de la révolte

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2014

Une vingtaine de manifestants présentés comme les chefs de la fronde qui a fait vaciller le gouvernement turc en juin 2013 comparaissent à partir de jeudi devant une cour d'assise, dans un climat politique plus tendu que jamais.

Un an après la révolte de la place Taksim, la justice turque s’attaque, jeudi 12 juin, aux organisateurs présumés du grand mouvement d’opposition, qui a secoué le pouvoir avec des manifestations de rues massives à travers le pays.

Vingt-six membres du collectif d’opposition "Taksim Solidarité" doivent répondre aux accusations de participation à une "organisation criminelle", passible de 30 ans de réclusion.

Plusieurs personnalités de la société civile turque sur le banc des accusés ont dénoncé un procès politique visant à dissuader de nouvelles vagues de manifestations.

"Le seul but de ce procès est d'effrayer les gens", affirme Baki Boga, avocat et porte-parole de l'Association turque des droits de l'Homme (IHD). "Ils veulent montrer que n'importe qui, quel que soit son âge, sa profession ou son passé peut être poursuivi simplement pour avoir manifesté", insiste-t-il.

Reprise en main autoritaire

Le mouvement Taksim Solidarité a émergé après l’expulsion par la police d’une poignée de militants écologistes occupant le parc Gezi, en lisière de l'emblématique place d'Istanbul.

Le combat pour sauvegarder cet espace vert s’est rapidement transformé en une vague de contestation politique sans précédent contre la dérive jugée autoritaire et islamiste du premier ministre Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2003.

Au total, plus de 3,5 millions de Turcs ont défilé pendant trois semaines dans une centaine de villes du pays, lors de manifestations sévèrement réprimées par les forces de l'ordre. Elles se sont soldées par au moins huit morts, plus de 8 000 blessés et des milliers d'arrestations. Une mobilisation sans précédent qui n’a pas empêché Erdogan et son parti AKP de remporter haut la main les élections municipales du 30 mars dernier.

Le régime islamo-conservateur a depuis renforcé son emprise sur les médias, la police et la justice, brisant toute vélléité de contestation dans la rue avec des déploiements massifs de policiers. Le 31 mai dernier, plus de 20 000 policiers ont ainsi violemment dispersé les rassemblements de commémoration des émeutes de Gezi, procédant à plus de 300 arrestations rien qu'à Istanbul et Ankara.

Avec AFP

 

Première publication : 12/06/2014

  • TURQUIE

    Un an après Gezi, la police turque disperse violemment les manifestants

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Conforté aux municipales, Erdogan veut faire "payer le prix" à ses ennemis

    En savoir plus

  • RÉSEAUX SOCIAUX

    Turquie : le blocage de Twitter jugé illégal par la Cour suprême

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)