Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

SPORT

Vidéo : Désiré Doué Noumandiez, premier arbitre ivorien d'une Coupe du monde

Vidéo par Arnaud FROGER , Xavier CHEMISSEUR

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2014

L'Ivoirien Désiré Doué Noumandiez est le seul arbitre de son pays, et le premier, à officier pendant la Coupe du monde 2014. FRANCE 24 l'a rencontré à Abidjan avant son départ pour le Brésil.

Il est le premier Ivoirien à arbitrer durant une Coupe du monde de football : à bientôt 44 ans, Désiré Doué Noumandiez, pharmacien de profession, connaîtra l’apothéose au Brésil avant de prendre sa retraite des terrains de football et de rejoindre son officine.

Entre préparation physique et emballage soigneux du sifflet et des cartons de sa "trousse d’arbitre", Noumandiez s’apprête à ajouter une dernière médaille à sa collection de trophées accumulés comme joueur, puis en uniforme noir.

Pour lui, c’est "un rêve qui se réalise, l’aboutissement d’une carrière".
 

Première publication : 12/06/2014

  • COUPE DU MONDE 2014

    Brésil – Croatie : que la fête commence !

    En savoir plus

  • Cap Amériques

    Édition spéciale : les couacs de l'organisation du Mondial

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2014

    En chiffres : le Mondial du Brésil battra tous les records

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)