Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

La Banque du Japon ne bouge pas, les regards se tournent vers Abe

AFP

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, le 30 avril 2014 à TokyoLe gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, le 30 avril 2014 à Tokyo

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, le 30 avril 2014 à TokyoLe gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, le 30 avril 2014 à Tokyo

Sans surprise, la Banque du Japon a maintenu vendredi en l'état sa politique d'assouplissement monétaire qui vise à relancer l'économie nationale, braquant tous les regards sur le gouvernement Abe qui doit annoncer des réformes structurelles.

A l'issue d'une réunion de deux jours, son comité de politique monétaire a décidé à l'unanimité de continuer à augmenter la masse monétaire au Japon de 60.000 à 70.000 milliards de yens en rythme annuel (430 à 500 milliards d'euros), en achetant notamment davantage d'obligations d'Etat sur le marché secondaire.

Lors de sa réunion précédente il y a trois semaines, la BoJ avait adopté un ton optimiste laissant entendre qu'il ne fallait pas attendre de sa part de geste de soutien supplémentaire à l'économie. Son gouverneur, Haruhiko Kuroda, a même dernièrement pressé le gouvernement d'agir à son tour, comme celui-ci s'y est engagé, afin de doper le potentiel de croissance de la troisième puissance économique mondiale.

Comme la BoJ laisse entendre, à dessein, qu'il ne faut pas compter sur elle pour mettre encore plus d'argent dans les circuits pour l'instant, les regards se tournent naturellement vers le Premier ministre Shinzo Abe.

En revenant au pouvoir en décembre 2012, ce dernier avait promis de soutenir l'économie par la dépense budgétaire, ce qu'il a fait, et par une politique monétaire audacieuse, qu'il a inspirée en nommant M. Kuroda à la tête de la BoJ en mars 2013.

En inondant depuis les circuits de liquidités, l'objectif de la BoJ est de convaincre les Japonais que les prix vont augmenter pour les pousser à acheter avant que les tarifs ne s'élèvent, afin in fine de dynamiser l'activité - tout le contraire de la déflation à laquelle les autorités veulent mettre fin.

En 2013, la croissance a atteint 1,5% et le FMI prévoit qu'elle s'établira à 1,4% en 2014 puis 1,0% en 2015.

M. Abe s'est toutefois aussi engagé à lancer des "réformes structurelles" destinées à doper à long terme le potentiel de croissance. C'est sur ce troisième axe, ou cette "troisième flèche" comme il l'appelle, qu'il est attendu au tournant par le marché, par des organisations internationales comme le FMI et désormais par la BoJ elle-même.

Le Premier ministre pourrait présenter les grandes lignes d'une série de réforme dès ce vendredi, notamment une baisse de l'impôt sur les sociétés réclamée à cor et à cris par le patronat depuis des années.

- 2% d'inflation visés -

En attendant, quelques analystes commencent même à penser que la BoJ, qui dit voir sa politique "produire les effets voulus", n'assouplira plus du tout sa politique monétaire, et finira au contraire par la resserrer.

"Il est prématuré d'écarter tout nouvel assouplissement" à l'avenir, a toutefois estimé Marcel Thieliant, chercheur à Capital Economics qui souligne que l'inflation, tournant actuellement autour de 1,25%, n'atteindra pas d'ici la fin de l'année les 2% visés par la BoJ.

Dans l'immédiat, la banque centrale a répété qu'elle allait poursuivre sa politique d'assouplissement monétaire "autant que nécessaire pour parvenir à son objectif de progression des prix de 2% par an de façon durable", se disant simplement prête à des "ajustements" si nécessaire, sans autre précision.

Son communiqué de politique monétaire reprend quasiment mot pour mot celui du 21 mai. L'institut y répète notamment que l'économie japonaise "continue de se reprendre modérément, malgré une baisse de la demande consécutive à la forte hausse des achats ayant précédé l'augmentation de la taxe sur la consommation" le 1er avril.

Ce jour-là, cette taxe (équivalente à la TVA française) est passée de 5% à 8%. De nombreux Japonais ont fait provision de divers produits avant cette échéance et ont donc logiquement moins dépensé ensuite, bien que la BoJ ne semble pas alarmée outre mesure par ce trou d'air largement attendu.

Première publication : 13/06/2014