Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

Daniel Buren pose son regard d'enfant à Strasbourg

AFP

L'artiste français Daniel Buren pose devant son installation

L'artiste français Daniel Buren pose devant son installation "Comme un jeu d'enfant, travaux in situ" à Strasbourg le 10 juin 2014L'artiste français Daniel Buren pose devant son installation "Comme un jeu d'enfant, travaux in situ" à Strasbourg le 10 juin 2014

Daniel Buren investit pour six mois à partir de samedi le Musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg (MAMCS) en signant deux installations qui réaffirment sa démarche ludique.

Pour ses derniers travaux, cet artiste majeur de la scène contemporaine a choisi de revisiter le musée strasbourgeois en habillant sa verrière d'un damier transparent de 1.500 m2 aux teintes acidulées qui font penser à des emballages de bonbons.

Et, dans sa deuxième installation, il s'inspire sans détour des indémodables jeux de cubes en bois que manipulent les enfants.

Après avoir invité le public a s'égarer dans une forêt - c'était en 2012 à la Monumenta au Grand Palais de Paris -, l'artiste français âgé aujourd'hui de 76 ans convie le visiteur à une nouvelle promenade, cette fois dans une "petite ville" faite de cabanons, de tours et de ponts: 16 nuances de couleurs pour un village qui atteint par endroit jusqu'à 5,70 m de hauteur de plafond.

Buren s'est "amusé", comme il le dit lui-même, avec l'espace et ces couleurs qui lui posaient tant problème en jouant avec les sept éléments de base d'un jeu rudimentaire, pour créer des constructions colorées. Cent quatorze de ces éléments - cubes, cylindres et et prismes - bien connus du public, forment sa dernière installation.

Comme à son habitude et pour ne rien dévoiler de l'exposition, l'artiste connu pour ses colonnes dynamiques noires et blanches installées dans la cour d'honneur du Palais Royal, à Paris, près du ministère de la Culture, a choisi une affiche qui ne montre rien de ses oeuvres, sinon le titre "Daniel Buren - Comme un jeu d'enfant, travaux in situ".

- Un jeu d'enfant -

Celui-ci évoque cependant la "fraîcheur et le plaisir du jeu qui existent depuis longtemps dans le travail de Daniel Buren", selon Estelle Pietrzyk conservatrice du MAMCS.

Il use ici de son "instrument" fétiche, ses célèbres bandes invariablement espacées de 8,7 cm dont dont il se sert depuis 1965, pour créer une trouée qui traverse de part en part les 600 m2 de la salle d'exposition temporaire, et apposer sa signature.

Deux parties distinctes composent l'installation ludique, des éléments blanc neige, "presque fantôme" selon Buren, qui se fondent ensuite dans une moitié plus colorée.

La main de Buren n'a rien laissé au hasard. A l'AFP, l'artiste qui a souvent dit qu'il ne veut pas que son travail "sente la sueur", mais "qu'il doit s'amuser", a confié avoir démarré ses travaux en achetant une boîte de jeu pour enfants. Car il lui fallait redécouvrir ces pièces avec lesquelles tout le monde a joué dans les premières années de sa vie.

"Il n'y a pas d'âge pour manipuler des objets simples. Mon travail est ludique, je l'ai toujours dit. Les dessins, les peintures des enfants qu'on dit simplistes sont au contraire des choses extrêmement savantes. Les artistes qui ont tenté de s'en rapprocher ont mis 50 ans à y arriver", explique-t-il.

Et de citer "Matisse avec ses papiers découpés, dont on a dit qu'il était gâteux, que n'importe qui pouvait faire ça, alors que cette période était l'une des plus savantes".

"Quand on fait un croquis à l'âge adulte, on est malhabile. Enfant on sait faire des choses dont on perd la capacité" avec l'âge, dit-il, convaincu que la beauté "existe plus que jamais" dans l'art et qu'elle peut se manifester de manière inattendue.

La lumière, la simplicité et les couleurs sont les éléments-clés de cette exposition qui démarre à quelques jours de l'été. Par temps ensoleillé, une lumière colorée se projette ainsi dans la nef du musée aux premières heures de la journée.

L'artiste s'y arrête un instant pour commenter son travail. "Je ne sais pas comment l'expliquer, mais je trouve que c'est plus léger avec les couleurs", dit-il de sa vitrine visible à plusieurs centaines de mètres depuis l'extérieur.

L'exposition se terminera le 4 janvier 2015.

Première publication : 13/06/2014