Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations commencent en Égypte

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

SNCF: les espoirs d'une fin rapide de la grève s'amenuisent

AFP

Gilbert Garrel (CGT-Cheminots) à l'issue d'une réunion au ministère des Transports le 12 juin 2014 à ParisGilbert Garrel (CGT-Cheminots) à l'issue d'une réunion au ministère des Transports le 12 juin 2014 à Paris

Gilbert Garrel (CGT-Cheminots) à l'issue d'une réunion au ministère des Transports le 12 juin 2014 à ParisGilbert Garrel (CGT-Cheminots) à l'issue d'une réunion au ministère des Transports le 12 juin 2014 à Paris

Les espoirs d'une levée de la grève des cheminots vendredi se sont amenuisés après l'appel de la CGT-Cheminots et de SUD-Rail à "poursuivre et amplifier le mouvement", alors que les assemblées générales des grévistes doivent se prononcer sur sa reconduction ou non lors d'assemblées générales dans la matinée.

Selon la direction de la SNCF, la circulation ferroviaire sera "sensiblement améliorée" vendredi notamment pour les TGV et les Intercités avec un trafic sur les grandes lignes supérieur à un train sur deux en moyenne, au troisième jour de la grève des cheminots.

Après l'annonce par le secrétaire d'Etat au Transports Frédéric Cuvillier d'"une avancée sensible" lors de longues discussions avec les syndicats mercredi et jeudi, les deux organisations à l'origine de la grève ont douché les espoirs d'une sortie rapide de la crise. Le président François Hollande lui-même avait dit jeudi soir "espérer" un accord.

Cependant, après avoir examiné les propositions écrites du gouvernement concernant leurs revendications, la CGT et SUD-Rail ont jugé que "le projet de loi demeure fortement néfaste pour le service public SNCF et les cheminots".

"La balle est dans le camp du gouvernement", a déclaré Gilbert Garrel (CGT-Cheminots). Il a assuré "ne pas fermer la porte au dialogue" avec le gouvernement. "Il n'y a pas de rendez-vous fixé mais nos téléphones sont toujours branchés, ouverts", a-t-il dit, réclamant de nouveau "un autre projet".

Au nom de SUD-Rail, qui a claqué la porte de la discussion jeudi matin, Nathalie Bonnet s'est dite prête "à retourner à la table des négociations" à condition que "le gouvernement dise +on reporte l'examen+ du projet", prévu à l'Assemblée nationale du 17 au 19 juin.

L'Unsa, qui ne participe pas à la grève mais a déposé un préavis pour le 17 juin, a de son côté salué "de réelles avancées". "On arrive enfin à un résultat, avec des engagements complets du ministre", a estimé son représentant Marc Baucher.

La reconduction du mouvement "se jouera vendredi matin, entre 10H00 et 11H00", lors des prochaines assemblées générales sur les sites, a déclaré Gilbert Garrel.

Mais M. Cuvillier, qui s'est entretenu avec la CGT-Cheminots, SUD-Rail et l'Unsa d'une part et la CFDT, hostile à la grève, d'autre part, a exclu tout report de l'examen du texte sur la réforme ferroviaire prévu à partir du 17 juin à l'Assemblée nationale. Selon lui, il s'agit d'une réforme "indispensable".

Destinée à stabiliser la dette du secteur ferroviaire (44 milliards d'euros) et à préparer son ouverture totale à la concurrence, elle prévoit de regrouper dans une nouvelle structure la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau.

- Un projet de loi néfaste -

elon la CGT et SUD-Rail, "la forte mobilisation des cheminots a contraint" M. Cuvillier "à faire des annonces écrites". "Parmi elles, le gouvernement évoque enfin la question liée au financement et au traitement de la dette à travers d?éventuelles nouvelles sources de financement avant la fin 2014. Ce point central, jusque-là occulté par le gouvernement vient légitimer notre exigence d?un véritable débat sur cet aspect fondamental du système ferroviaire", soulignent-ils.

Pour autant, "le reste des annonces, au regard du texte gouvernemental, comporte de nombreuses failles qui n?assurent pas un système ferroviaire unifié autour d?une entreprise intégrée: la SNCF", ont-ils estimé.

Vendredi la circulation des Eurostar et des Thalys sera normale tandis que deux TGV sur trois doivent rouler sur l'axe Est, un sur deux sur les axes Nord et Atlantique et un sur trois sur les axes Sud-Est et province-province.

Quatre Intercités sur dix doivent circuler en moyenne contre trois sur dix jeudi. Le trafic des TER doit être identique avec un train sur deux en moyenne.

En Ile-de-France, où transitent 3 millions d'usagers chaque jour, le trafic doit être de quatre trains sur dix en moyenne avec une amélioration pour le RER C où un train sur deux est prévu contre un sur trois jeudi. Seul le RER A connaît un service normal.

Selon la direction de la SNCF, la grève a été suivie jeudi par 22,64% des salariés, en baisse de 5 points par rapport à mercredi.

Première publication : 13/06/2014