Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Chinois Alibaba débarque à Wall Street : des débuts en fanfare

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

Amériques

Fonds "vautours " : l’Argentine dans l’impasse financière

© AFP | La présidente de l'Argentine, Cristina Kirchner

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 17/06/2014

La Cour suprême des États-Unis a refusé lundi de se saisir d'un ultime recours de l'Argentine sur sa dette, l’obligeant ainsi à rembourser ses créances auprès de fonds spéculatifs américains. Une décision aux conséquences catastrophiques.

C’est un véritable camouflet infligé à l’Argentine. La Cour suprême des États-Unis a rejeté, lundi 16 juin, un recours du gouvernement argentin qui lui demandait d'annuler sa condamnation à rembourser plus d'1,3 milliard de dollars à des fonds spéculatifs américains. L’Argentine a prévenu qu’une telle décision pourrait de nouveau provoquer une véritable catastrophe économique.

Les origines de ces litiges financiers remontent à 2001. L'Argentine connaît alors une grave crise économique qui la met en faillite. Quatre ans plus tard, l’État argentin conclut un premier accord avec la quasi-totalité de ses débiteurs pour restructurer sa dette d’un montant de 90 milliards de dollars, qu’il renouvellera en 2010. Buenos Aires rembourse 93 % des créanciers privés, mais d'irréductibles fonds spéculatifs, dits "vautours", comme NML Capital et Aurelius Management, refusent ces restructurations et exigent le remboursement de l'intégralité de leurs créances, majorées des intérêts, soit 1,47 milliard de dollars.

L’Argentine face à nouvelle troisième faillite

Un bras de fer juridique s’engage alors entre ces spécialistes du rachat de dette à risque et le gouvernement de Cristina Kirchner. Pour faire pression sur Buenos Aires, NML va même jusqu’à obtenir la saisie d'un navire militaire argentin au Ghana en 2012. Le Tribunal international du droit de la mer donnera finalement raison à l’Argentine et ordonnera la libération de la frégate.

En 2013, la Cour d'appel de New York condamne l’Argentine à rembourser ces derniers créanciers. Le rejet du recours prononcé le 16 juin par la plus haute autorité judiciaire américaine vient confirmer la première décision. Un refus, qui selon nombre d’observateurs, n’augure rien de bon pour l’économie du pays. "Les conséquences de cette décision risquent d’être dramatiques pour l’Argentine, assure Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l'Iris (Institut des relations internationales et stratégiques), à FRANCE 24. Si le pays est en effet contraint de rembourser l’intégralité de sa dette auprès de ces derniers créanciers, il sera alors dans l’obligation de régler la totalité de ses dettes auprès de la majorité des créanciers qui avaient jusque-là accepté le principe de restructuration en effaçant une partie de leurs créances, au nom du principe de pari passu". Une clause juridique qui contraint un émetteur de titres de créances à offrir à ses différents prêteurs les mêmes garanties.

"L’Argentine n’aurait plus alors à s’acquitter de la somme de 1,47 milliard de dollars, ce qu’elle peut très facilement régler par ailleurs, mais de 30 milliards de dollars, un montant qu’aucun pays ne peut honorer dans un court délai", surenchérit Luis Miotti, maître de conférence à l’Université Paris-Nord à FRANCE 24. "Une telle situation financière risque de mener le pays vers une troisième faillite semblable à ce qu’il a déjà connu en 1982 et 2011". Si l’Argentine ne peut pas payer, elle devra se déclarer de nouveau en défaut de paiement.

La fin des plans de restructuration ?

Autre conséquence désastreuse, cette décision pourrait encourager d'autres investisseurs privés à refuser à l'avenir tout effacement de créances, au risque de compromettre des restructurations de dettes cruciales pour des pays en difficulté financière, comme la Grèce au printemps 2012.

De nouvelles tentatives de conciliations devraient avoir lieu dans les jours prochains entre le gouvernement argentin et les créanciers américains. "Mais les espoirs argentins visant à assainir sa situation financière restent maigres, confie Luis Miotti. Les responsables politiques sont démunis par rapport à ces décisions juridiques. Les "amicus curiae", recours amicaux de soutien à Buenos Aires, présentés par Barack Obama n’ont jamais porté devant la justice américaine."

Première publication : 16/06/2014

  • ARGENTINE

    Pour échapper à ses créanciers, Cristina Kirchner vole à l'anglaise

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES ARGENTINES

    Argentine : le parti de la présidente Kirchner accuse plusieurs revers

    En savoir plus

  • DEVISE

    La dévaluation à marche forcée de l’Argentine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)