Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

Economie

La Russie coupe le gaz à l’Ukraine, l’Europe craint la pénurie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/06/2014

Moscou a cessé d'approvisionner l'Ukraine en gaz, lundi, faute d’un accord sur le paiement de la dette gazière. Kiev assure qu’il n’y aura pas de répercussions sur l'Europe, livrée en gaz via l'Ukraine, mais Bruxelles s’inquiète.

"Rien n'a été payé, donc rien ne sera livré". Malgré plusieurs jours d’intenses négociations et un ultimatum maintes fois repoussé, Moscou et Kiev ne sont pas parvenus à s’entendre sur l’épineuse question du gaz. Sergueï Kouprianov, le porte-parole de Gazprom a donc annoncé, lundi 16 juin, que la compagnie russe mettait ses menaces à exécution en coupant le gaz à l’Ukraine qui n’a pas réglé sa dette gazière d’un montant total de 4,5 milliards de dollars. Le ministre ukrainien de l’énergie, Iouri Prodan, a rapidement confirmé que la Russie avait totalement interrompu ses livraisons de gaz.

Désormais, Naftogaz - l'opérateur public ukrainien en charge du transport gazier - ne recevra du gaz qu’à hauteur de ce qu’elle aura payé. "Gazprom, en vertu du contrat en vigueur, a passé Naftogaz à un système de prépaiement pour les livraisons de gaz", a indiqué le groupe dans un communiqué. Le géant russe a également annoncé, dans la foulée, avoir saisi la cour d'arbitrage internationale de Stockholm, répliquant ainsi à la menace de procédure de Kiev concernant le prix du gaz en vigueur.

Moscou dénonce "l’arrogance" de Kiev

Depuis la chute du président pro-russe Viktor Ianoukovitch et l’arrivée fin février d’un gouvernement de pro-occidentaux à Kiev, Moscou a drastiquement augmenté ses tarifs. Les 1 000 mètres cubes de gaz sont ainsi passés de 268 à 485 dollars, un prix sans équivalent en Europe. La dernière offre de la Russie - 385 dollars - a été rejetée par l’Ukraine dimanche, ce qui lui a valu d’être taxée d’"arrogante" par le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, qui estime que Kiev, poussé par l’ingérence d’un "État tiers", "rejette un compromis raisonnable".

Alors que des premiers contacts entre le président russe Vladimir Poutine et le nouveau chef de l'État ukrainien Petro Porochenko laissaient entrevoir un apaisement des relations entre les deux pays, l’echec des négociations crispe à nouveau la situation diplomatique. D’autant que la coupure du gaz en Ukraine risque non seulement d’aggraver les tensions dans l’est du pays en proie à l'insurrection des séparatistes pro-russes, mais elle pourrait aussi affecter directement le reste de l’Europe.

Pénurie de gaz en Europe cet hiver ?

En effet, environ 15 % du gaz consommé sur le Vieux continent est acheminé via le territoire ukrainien. Si Kiev décide de prélever du gaz sur les volumes en transit, l’Europe pourraient donc bien en subir les conséquences. Gazprom a d’ailleurs averti la Commission européenne de "possibles perturbations" de son approvisionnement mais rappelle tout de même que Naftogaz "est obligé de garantir le transit" vers l'Europe dans les volumes prévus, en vertu du contrat en vigueur.

Le ministre ukrainien de l’Énergie, Iouri Prodan, a promis que le transit gazier vers l'Europe allait se poursuivre. Mais ces déclarations n’ont pas forcément convaincu Bruxelles où le commissaire européen à l'Énergie a averti qu’un risque de pénurie de gaz cet hiver planait sur l’Europe. Une inquiétude qui semble fondée puisque lors des précédentes "guerres du gaz" entre Moscou et Kiev en 2006 et 2009, l’approvisionnement de l’UE avait été perturbé.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 16/06/2014

  • ÉNERGIE

    Russie - Chine : le contrat gazier qui valait 400 milliards de dollars

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Les pro-russes abattent un avion à Lougansk, près de 50 morts

    En savoir plus

  • FINANCE

    Ces 400 millisecondes qui ont changé le cours du gaz

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)