Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama, une déception africaine

En savoir plus

FOCUS

Les sociétés militaires privées russes : le bras armé caché du Kremlin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mode : les tendances de l’été

En savoir plus

DÉBAT

Turquie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, son avocat et le viol conjugal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Slogans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Crise grecque : Varoufakis préparait un "plan B"

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'OEI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Reims : emballement autour d'une agression

En savoir plus

EUROPE

"Touf Touf le Ouf", le djihadiste trop bavard sur le Web

© AFP | Des djihadistes du Front al-Nosra à Alep.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2014

Un djihadiste français, qui a combattu en Syrie, a été arrêté samedi soir à Berlin, à sa descente de l’avion. Les messages qu’il postait sur Internet ont permis aux polices françaises et allemandes de préparer son arrestation.

Tewffik Bouallag, un Français de 30 ans parti combattre au sein de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) en Syrie, avait l’habitude de poster des photos de lui sur les réseaux sociaux. Posant avec une Kalachnikov ou exposant ses blessures sur Internet, il faisait ainsi la promotion du djihad comme de lui-même. Une "habitude" qui a facilité son arrestation.

Originaire de Dreux, il a été arrêté samedi 14 juin à Berlin, à la descente d'un vol en provenance d’Istanbul. Identifié par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) comme "dangereux et susceptible d'agir sur le sol français", il faisait l'objet, depuis vendredi, d'un mandat d'arrêt international délivré par la justice française pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes".

Avant même l’arrivée de l’homme à Berlin, les polices allemande et française se tenaient en alerte, d’autant que Tewffik Bouallag venait directement d’Istanbul, lieu de passage habituel pour les djihadistes européens qui partent ou reviennent de Syrie. Il n’avait pas pris les mêmes précautions que Mehdi Nemmouche, qui était passé par l’Asie avant de rentrer en Europe, pour brouiller les pistes.

Et "Touf Touf le Ouf" - son pseudonyme en ligne – était loin de se montrer discret : il se montrait, comme nombre de djihadistes européens, très actif sur Internet. Cette "cyber-présence" a largement facilité l’action des forces de police. Dans l’un de ses derniers messages sur les réseaux sociaux, le djihadiste français avait en effet indiqué qu’il s’apprêtait à rentrer en France.

Leçons de l’affaire Nemmouche

D'après des sources au sein de la police allemande citées par le quotidien "Frankfurter Allgemeine Zeitung" (FAZ), l'homme est considéré comme un "gros poisson". Mais selon des informations révélées par le journal "Le Monde", le djihadiste n’était connu de la police française que pour des délits de droit commun. Il aurait le profil d’un "islamo-délinquant qui a trouvé un nouveau but dans sa vie", affirme une source au journal français.

Échaudées par l’affaire Nemmouche, les polices française et allemande se sont montrées plus efficaces cette fois-ci, estime le quotidien allemand dans son édition du lundi 16 juin. Mehdi Nemmouche, l’auteur présumé de la tuerie du musée juif de Bruxelles, n’avait pas pu être arrêté à son arrivée à Francfort, bien que son signalement ait été transmis par la police française, parce qu’il n’existait aucun mandat d’arrêt contre lui.

Pour Tewffik Bouallag, la réaction a été beaucoup plus rapide. Dès que les Allemands ont su que l’homme surveillé par la DGSI devait atterrir à Berlin, ils en ont informé les autorités françaises qui ont émis un mandat d’arrêt la veille de son arrivée en Allemagne, raconte le FAZ. Tewffik Bouallag a donc été arrêté et placé en garde à vue dès sa descente de l’avion.

Depuis samedi, le djihadiste français est en garde à vue en Allemagne. Il devrait être remis à la police française d’ici quelques jours, s’il accepte d’être extradé. S’il refuse, la procédure prendra un peu plus de temps.

Avec AFP

 

Première publication : 16/06/2014

  • TUERIE DE BRUXELLES

    Mehdi Nemmouche et Mohamed Merah, de la prison à la radicalisation

    En savoir plus

  • Mouvements djihadistes

    Internet, catalyseur de la radicalisation des jeunes musulmans ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Pourquoi je veux mourir en Syrie" : confession d'un jihadiste français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)