Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 17/06/2014

"Suffit-il d'avoir le choix pour être libre ?"

© France 24

Presse française, Mardi 17 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, la poursuite du bras de fer entre le gouvernement et les grévistes de la SNCF, et son recul face aux intermittents du spectacle. Et une question posée au bac de philo.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse française, ce matin, la poursuite du bras de fer entre le gouvernement et les cheminots.
 
«SNCF: Valls choisit la fermeté», titre le Figaro, qui rappelle que l’examen de la réforme commence aujourd’hui à l’Assemblée; un texte dont le secrétaire général intérimaire de l’UMP Luc Chatel a demandé le «retrait», se retrouvant dans le même camp que la CGT, qui demande elle aussi le retrait du texte, pour des raisons inverses. La situation est cocasse, mais elle n’amuse pas du tout le Figaro: «L’UMP-CGT, même combat?».
 
L’exécutif devrait en revanche lâcher du lest face aux intermittents du spectacle, pour désamorcer la crise qui menace les festivals d’été. «SNCF, intermittents: Valls fait le tri entre les grèves», relèvent les Echos, en expliquant que la réforme la réforme de l’assurance-chômage qui va toucher les intermittents du spectacle, sera bien validée, mais que Valls a annoncé des «décisions» avant la fin de la semaine pour «ouvrir une voie d’espoir pour les intermittents».
 
Selon les Echos, ce «traitement différencié» s’expliquerait par le fait que les revendications des intermittents apparaissent, aux yeux de l’exécutif, «plus légitimes». «Ne pas céder au mouvement de la SNCF, qu’il sait très impopulaire, c’est apporter la preuve, pour François Hollande, qu’il peut avancer contre les conservatismes, et donc, qu’il a de l’autorité», «tendre la main aux intermittents, souvent plus précaires, c’est montrer qu’il sait être juste».
 
Impopulaire, la grève de la SNCF ? D’après un sondage du Parisien, 3 Français sur 4 se disent «contre la grève».
 
Le mouvement social des cheminots agite l’Hexagone, et pourtant, rappelle 20 Minutes, «jamais les grèves n’ont été aussi rares». Le quotidien rappelle que l’année 1968, un cru certes exceptionnel, avait compté 150 millions de journées de grève, contre deux millions aujourd’hui.
 
Pour l’Opinion, le conflit des cheminots et des intermittents montre que le dialogue social est «à l’agonie». D’après le député socialiste Jean-Marc Germain, c’est une affaire de contexte: «En temps de crise, si vous mettez entreprises et salariés dans une salle, il n’en ressort que des mesures favorables au patronat».
 
Des dizaines de députés socialistes «frondeurs» ont déjà fait savoir qu’ils ne voteront pas pour le collectif budgétaire proposé par le gouvernement d’ici la fin du mois. Libération estime, que «la gauche (est) en péril» - «non pas en danger de mort, comme l’a laissé entendre Manuel Valls, mais face à son destin».
 
La presse française est décidément bien solennelle, ce matin. A lire pour terminer avec la Croix, qui propose de réfléchir à l’une des questions posées au bac de philo, hier: «Suffit-il d’avoir le choix pour être libre?».
 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus