Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Arrestation d'un suspect de l'attaque du consulat américain de Benghazi

© AFP | La consulat américain de Benghazi après l'attaque de 2012 (archive)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/06/2014

Washington affirme détenir le chef de guerre Ahmed Abu Khattala, suspecté d'avoir orchestré l'attaque contre le consulat des États-Unis en Libye, dans laquelle quatre Américains -dont l'ambassadeur- avaient trouvé la mort en 2012.

Les forces spéciales américaines ont capturé un des organisateurs présumés de l'attaque du consulat américain de Benghazi, dans l'est de la Libye, en 2012, a-t-on appris mardi 17 juin auprès d'un responsable américain, confirmant une information dévoilée par le "Washington Post".

"Je peux confirmer que dimanche 15 juin, des soldats américains, en coopération avec la police, ont capturé Ahmed Abu Khattala, figure clé des attaques contre les bâtiments américains à Benghazi en septembre 2012", a précisé le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby.

L'attaque du consulat, le 11 septembre 2012, avait été fatale à l'ambassadeur des États-Unis en Libye, Christopher Stevens, et à trois autres ressortissants américains. L'arrestation révélée mardi est la première dans cette affaire.

L'accusé, qui sera présenté devant un tribunal fédéral du District of Columbia, est visé par trois chefs d'inculpation : meurtre, soutien à une organisation terroriste et possession et utilisation d'une arme à feu.

Ferme condamnation de Tripoli

La capture du suspect n'a pas tardé à faire l'objet d'une ferme condamnation de l'État libyen, qui réclame que le détenu soit jugé sur son sol où il fait objet d'un mandat d'arrêt. "Le gouvernement condamne cette atteinte regrettable à la souveraineté de la Libye", a déploré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué lu par son porte-parole Saïd Lassoued, précisant que les autorités libyennes n'ont pas été informées au préalable de l'opération menée par des forces américaines.

Selon une source officielle citée par l'agence Reuters, Ahmed Abu Khattala a été arrêté dans la périphérie de Bengazi et se trouve désormais sur un navire américain. Le suspect figure parmi les dirigeants de la milice Ansar al-Charia en Libye

L'attentat de Benghazi est devenu une affaire politique aux États-Unis, où les républicains reprochent au président Barack Obama des erreurs dans la protection du consulat de Benghazi et dans la recherche des coupables.

"Depuis les attaques meurtrières contre notre représentation à Benghazi, je me suis assigné comme priorité de trouver et de traduire devant la justice les responsables de la mort de quatre courageux Américains", a dit le président Barack Obama, qui a indiqué avoir autorisé directement l'opération.

Avec AFP, AP et Reuters

Première publication : 17/06/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Attentat de Benghazi : l'arme des républicains contre Hillary Clinton

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Selon le New York Times, Al-Qaïda n’est pas responsable de l’attaque de Benghazi

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'ambassadeur américain en Libye tué dans une attaque à Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)