Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'abstention, un chien dans le jeu de quilles de la présidentielle ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hissène Habré définitivement condamné à la prison à vie

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron : la guerre des images

En savoir plus

POLITIQUE

Macron- Le Pen : deux France qui s’affrontent

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : quel bilan pour Aung San Suu Kyi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fondation Louis Vuitton : L'art africain a le vent en poupe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, le virtuose du flou"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : le chômage bondit à moins de quinze jours du second tour

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Show à Whirlpool"

En savoir plus

Moyen-Orient

Avancée de l'EIIL : des officiers irakiens limogés pour faute professionnelle

© AFP - Des nouvelles recrues des forces de sécurités irakiennes, le 16 juin à Kerbala

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/06/2014

Dix jours après la chute de la deuxième ville d'Irak, désormais aux mains des djihadistes, le Premier ministre Nouri al-Maliki a limogé quatre hauts responsables des services de sécurité, accusés d'avoir failli à "leur devoir militaire".

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a limogé quatre hauts responsables des services de sécurité, mardi 17 juin. Ces derniers sont accusés d'avoir failli à leur "devoir professionnel et militaire" en n'empêchant pas la chute éclair de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, entre les mains des djihadistes sunnites.

>> À relire sur FRANCE 24 : "L’Iran peut coopérer avec les États-Unis s'il en va de son intérêt"

Cette cité du nord de l'Irak est passée la semaine dernière sous le contrôle des islamistes de l'EIIL (État islamique en Irak et au Levant). En une semaine, les djihadistes ont également pris le contrôle d'une grande partie de sa province Ninive (nord), de Tikrit et d'autres secteurs des provinces de Salaheddine, Diyala (est) et Kirkouk (nord).

Parmi les quatre responsables visés figurent notamment le général Mahdi al-Gharawi, commandant en chef de la province de Ninive, et Hedayat Abdel Rahim, chef de la troisième brigade d'infanterie. Ce dernier avait déserté le champ de bataille et sera jugé par contumace en cour martiale, a indiqué le gouvernement dans un communiqué. Le Premier ministre a par ailleurs ordonné à l'état-major de former des conseils de discipline pour enquêter sur les officiers ayant "abandonné leurs positions".

Mal entraînées, les membres des forces de sécurité irakiennes ont fait massivement défection face à l'avancée des combattants de l’EIIL.

>> À relire sur FRANCE 24 : "L’État islamique en Irak et au Levant, ces djihadistes qui font de l’ombre à Al-Qaïda"

Découverte de 18 corps de membres des forces irakiennes

Parallèlement, la police irakienne a annoncé avoir découvert les corps de 18 membres des forces irakiennes, à 15 km à l'est de la ville sunnite de Samarra (110 km au nord de Bagdad). Les corps portaient des impacts de balles dans la tête et dans la poitrine, a indiqué à l'AFP un colonel de police. Les circontances de leur mort sont pour l'heure peu claires.

Par ailleurs, au moins 21 personnes sont mortes dans une série d'attentats à Bagdad et dans le bombardement d'une autre ville irakienne.

Après la débandade des premiers jours, les forces irakiennes semblent néanmoins relever la tête. Ce week-end, elles ont repris deux villes près de Bagdad.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 17/06/2014

  • IRAK

    L'offensive des insurgés stoppée à Baqouba, à 60 km de Bagdad

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Le chaos en Irak pousse les Kurdes vers l'indépendance

    En savoir plus

  • IRAK

    Sous les pieds des belligérants irakiens, le pétrole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)